La Belgique « évaporée » aura un problème de robinet

Le 07 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email


Alors que le royaume d’outre-Quiévrain entame son sixième mois sans gouvernement issu d’élection, le concept d’« évaporation » de la Belgique fait son chemin. Jusqu’ici, les élites wallonnes refusaient de croire à la sécession de laFlandre. Ce n’est plus le cas. Le week-end dernier, trois leaders socialistes francophones, Philippe Moureaux, Laurette Onkelinx et Rudy Demotte, ont indiqué ne plus rejeter cette option.

Dans un dossier complet, L’Echo a tenté, mardi, d’évaluer la viabilité d’une Belgique réduite à la Wallonie et la région de Bruxelles-capitale. Le quotidien économique a fait phosphorer sur la question plusieurs économistes wallons. Conclusion : ce nouvel Etat serait économiquement viable. Seul hic : l’eau. Les trois quarts de l’eau potable consommée en Wallonie proviennent de Flandre. De là à imaginer que les sécessionnistes puissent utiliser l’arme de l’eau dans les négociations, il n’y a qu’un pas que n’osent pas encore franchir les politiques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus