La Banque mondiale va toujours au charbon

Le 16 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

On peut être un acteur important du commerce des permis d’émission de CO 2 et financer des centrales électriques au charbon. C’est le grand écart climatique que ne manquera pas de réaliser la Banque mondiale, cette année. Selon ses propres chiffres, la banque multinationale a prêté 6,2 milliards de dollars (4,74 milliards d’euros) pour la construction de centrales brûlant des combustibles fossiles, dont 4,4 (3,36 Md€) pour ces centrales au charbon.

En clair, l’établissement basé à Washington consacrera, cette année, deux fois plus d’argent pour ériger des centrales au charbon que durant la période 2006-2009. Pour sa défense, la Banque explique que l’essentiel des fonds accordés au charbon servira à construire une seule centrale, celle de Medupi en Afrique du Sud. Une installation qui comprendra 6 chaudières super critiques de 800 mégawatts (MW) unitaires. En grande partie construite par Alstom, cette installation produira 12 % du courant sud-africain.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus