La Banque d’Angleterre prépare un ambitieux stress test climatique

Le 19 décembre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Evaluer la résistance du système financier aux chaos climatiques est l'un des credo de Mark Carney.
Evaluer la résistance du système financier aux chaos climatiques est l'un des credo de Mark Carney.
DR

La résilience climatique des banques et des compagnies d’assurance sera passée au crible.

Ce sera probablement l’une de ses dernières actions comme gouverneur de la Banque d’Angleterre. Avant de prendre, dans les prochaines semaines, ses nouvelles fonctions d’envoyé spécial de l’ONU pour l’action climatique et la finance, Mark Carney lance un important audit des secteurs bancaire et de l’assurance.

trois scénarios

Au cours du second semestre 2020, banques et compagnies d’assurance travaillant aux Royaume-Uni devront tester la résilience de leurs activités face à trois scénarios climatique:

  • un engagement immédiat pour stabiliser le réchauffement en deçà de 2 °C,
  • l’atteinte du même objectif mais en commençant avec 10 ans de retard (avec montée en fléche du prix du carbone)
  • et la poursuite des modèles d’affaires actuels. La période de référence se situera entre 2050 et 2080.

fossile et inondations

Les résultats de ce stress test climatique des secteurs bancaires et assurantiels devront être publiés en 2021. Ils ne devraient pas être très bons.

Selon un premier recensement effectué par la Banque d’Angleterre, 70% des grandes banques britanniques possèdent des actifs liés aux producteurs d’énergies fossiles, aux industries énergo-intensives et aux énergéticiens.

En se basant sur les dernières projections du Giec, le Met Office estime que les zones inondables abritent 10% de la valeur immobilière d’Angleterre. Les assureurs l'ont-il seulement pris en compte?