La 1ère agence d’urbanisme d’Europe est à Paris

Le 06 septembre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Fouad Awada, directeur général de l'IAU.
Fouad Awada, directeur général de l'IAU.
©Jean-Michel SICOT/Divergence

Petite révolution à l’Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (IAU), qui devient la plus grande agence régionale de l’environnement de France et la première agence d’urbanisme d’Europe. Les explications de Fouad Awada, urbaniste et directeur général de l’IAU depuis début 2017.

JDLE - Depuis le 1er septembre 2017, l’organigramme de l’IAU a été chamboulé. Quelles sont les nouveautés?

Fouad Awada - Les 180 personnes qui travaillent déjà dans les locaux de la rue Falguière (Paris, XVe) sont en train d’être rejointes par 45 experts issus de trois organismes associés de la région Ile-de-France, qui deviennent des départements thématiques de l’institut. L’Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies (Arene) vient renforcer les compétences de l’Institut sur les questions énergétiques. Naturparif, qui deviendra à cette occasion l’Agence régionale de la biodiversité (ARB). Et l’Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif), qui va compléter les savoir-faire de l’institut en matière de déchets et d’économie circulaire.

Nous avons créé plusieurs départements, ‘Urbanisme et transports, ‘Economie et société’, ‘Environnement’, avec une coordination permettant que cette force de frappe nouvelle de l’IAU dans le domaine de l’environnement soit à la hauteur des attentes externes.

 

JDLE - A quels grands chantiers allez-vous faire face prochainement?

Fouad Awada - Il y a d’abord la nouvelle ARB, que la région IDF veut être la première à créer en France. Historiquement, Naturparif est une agence régionale de la nature et de la biodiversité: ça ne pouvait pas mieux tomber! Des négociations sont en cours. Je tiens à préciser que la prise en compte de l’environnement à l’IAU n’est pas une affaire nouvelle, puisque la création de ce département remonte aux années 1970. La notion de ceinture verte a été inventée à l’IAU! Mais la matière s’est complexifiée, des dimensions nouvelles sont apparues, comme les énergies, le climat ou la nature en ville, et il est avantageux pour nous d’être en avance sur ces sujets.

Le travail d’élaboration du plan régional de gestion des déchets en cours à l’Ordif sera par exemple appuyé par les économistes de l’IAU (notamment sur l’économie circulaire), par nos ingénieurs qui savent tout des chantiers du Grand Paris et des déchets qui vont en sortir, par l’expertise de l’observatoire de la santé qui suit toute l’actualité des déchets hospitaliers, etc.

Avec l’Arene, qui devient le département énergie climatique de l’IAU, c’est l’élaboration de la stratégie régionale en matière d’énergie qui est sur la table. Il s’agit d’imaginer le monde de demain, avec la gestion du bâtiment, mais aussi la gestion énergétique des transports. Où met-on les stations de GNV et les bornes de recharge, quels types de véhicules, comment étendre les réseaux, etc.?

 

JDLE-  L’Arene, l’Ordif et Naturparif avaient posé leurs valises dans la cité de l’environnement spécialement construite à Pantin il y a 5 ans à peine. On détricote?

Fouad Awada - Le fait que des organismes soient rassemblés au même endroit ne signifie pas pour autant qu’il existe des synergies entre eux. Pour ma part, j’estime qu’un pôle à échelle humaine, coordonné et piloté par un directeur général adjoint et un directeur de l’environnement, intégré dans un institut pluridisciplinaire, est beaucoup plus créateur de synergies et intégrateur que le fait de rassembler les personnes dans un même lieu. Et puis c’est plus économe des deniers publics.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus