L’utilisation des ressources, un levier majeur pour le climat

Le 15 mai 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le bois plutôt que l'acier: une solution très efficace pour réduire les émissions des bâtiments
Le bois plutôt que l'acier: une solution très efficace pour réduire les émissions des bâtiments

L’utilisation plus efficace des ressources représente un levier crucial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, note un rapport publié le 14 mai par le think tank britannique Green Alliance.

Intitulé «Less in, more out», ce nouvel opus démontre que l’utilisation plus efficace des ressources permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni d’environ 150 millions de tonnes équivalent CO2 d’ici 2032. Les auteurs se basent sur un scénario appliqué à 5 secteurs-clés: la construction (79,14 Mt eqCO2), la production automobile (28,66 Mt), l’alimentation et boissons (24,12 Mt), l’électronique (16,36 Mt), et le textile (6,09 Mt)[1].

 

L’oubli de la politique climatique

Le hic, c’est que la politique climatique britannique a totalement balayé ce levier majeur pour se concentrer sur les émissions dites «opérationnelles», en particulier celles des véhicules et des bâtiments. Si Londres décidait de s’attaquer en amont aux ressources utilisées par ces 5 secteurs, elle pourrait au contraire atteindre ses objectifs climatiques (1,95 Mt eqCO2 par an entre 2023 et 2027 et 1,72 Mt eqCO2 entre 2028 et 2032)[2].

 

Fort potentiel

Comparée aux autres politiques sectorielles, l’utilisation efficace des ressources représente le plus fort potentiel de réduction des émissions. Selon Green Alliance, celui-ci surpasse (de peu) la stratégie de rénovation des bâtiments, et largement celles sur la chaleur renouvelable et sur l’agriculture.

 

Actions à la carte

Pour concrétiser cette démarche d’économie circulaire, de nouveaux matériaux devront être privilégiés, comme le bois au détriment de l’acier dans la construction.

Pour réduire l’empreinte carbone de la production automobile et du textile, le think tank mise en revanche sur l’allongement de la durée de vie des produits. Dans le même sens, il préconise la réutilisation systématique des équipements électroniques. Enfin, dans le domaine alimentaire, c’est la baisse du gaspillage qui présente les meilleurs atouts.

 



[1] Ces évaluations sont basées sur les travaux du Centre for industrial energy, materials, and products (Ciemap)

[2] Il s’agit des 4e et 5e budgets carbone nationaux

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus