L'urée dépollue les NOx des poids lourds

Le 03 novembre 2004 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Renault Trucks
Renault Trucks

Utiliser de l'urée pour émettre moins de NOx. Les principaux constructeurs européens et japonais développent la technologie pour faire face aux réglementations des prochaines années. Les groupes pétroliers et chimiste contribuent aux recherches.

Après les constructeurs européens de poids lourds, c'est au tour des industriels japonais de mettre en place un système global pour diminuer les émissions d'oxydes d'azote (NOx) par réduction catalytique sélective (SCR). Le chimiste japonais Mitsui Chemicals a annoncé vouloir produire d'ici la fin de l'année 20.000 tonnes par an d'une solution aqueuse à base d'urée nommée Adblue. Ce produit sera vendu dans les stations services pour approvisionner les poids lourds que Nissan Diesel Motor Company commercialisera bientôt au Japon.

La technologie SCR est déjà connue des industriels qui émettent des NOx à partir de sources fixes. SCR utilise des catalyseurs, en général des oxydes de titane ou de vanadium. Ces derniers font réagir les NOx qui se transforment en azote gazeux (N2) et en oxygène (O2). Pour éviter que l''oxygène ne se fixe sur la surface du catalyseur solide ce qui empêche ce dernier de fonctionner, on ajoute de l'ammoniac pour au final produire, non pas de l'azote et de l'oxygène, mais de l'azote et de la vapeur d'eau. Mais la présence d'ammoniac à haute pression dans un véhicule présente des risques. C'est pourquoi les constructeurs de poids lourds développent un procédé utilisant de l'urée. «Le stockage de l'urée n'est pas dangereux, au contraire de l'ammoniac, explique Pascal Granger, chercheur à l'université de Lille. Or l'urée est un précurseur de l'ammoniac. Son injection à haute température va libérer de l'ammoniac et détruire les NOx.»

Ce développement technologique répond à une réglementation de plus en plus sévère. Dans l'Union européenne, la norme Euro 4 entrera en vigueur en janvier 2006, suivie de Euro 5 en 2008. Les émissions de NOx devront passer de 5 grammes par kilowatt-heure à 3,5 puis 2 grammes. Les poids lourds japonais devront dès 2005 répondre aux critères du "New long-term exhaust emission regulations". Plusieurs technologies sont à l'étude (dont le piége à NOx), mais la plupart des constructeurs ont choisi de développer la solution SCR. En Europe, il s'agit de Daf Trucks, Daimlerchrysler, Iveco Spa, Renault Trucks et Volvo Trucks qui représentent 80% du marché. «Nous avons déjà des véhicules d'étude, précise Bernard Lancelot, directeur de la communication de Renault Trucks. Et le développement est en bonne voie. Nous serons prêts à commercialiser les premiers poids lourds pour automne 2005.» De plus, des grandes entreprises de chimie comme Grande Paroisse et BASF AG mettent en place une production d'urée dédiée, et les groupes pétroliers, dont le français Total, installeront au cours de l'année 2005 des systèmes d'approvisionnement dans leurs stations.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus