L’UIC conteste l’effet des faibles doses de BPA sur la santé

Le 29 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Deux jours après la publication du rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les effets sanitaires du bisphénol A (BPA), l’Union des industries chimiques (UIC) réagit dans un communiqué publié aujourd’hui 29 septembre.

L’organisation professionnelle qui rassemble toutes les entreprises de la chimie souhaite que les effets à très faible concentration de BPA chez l’homme soient confirmés par des études scientifiques complémentaires et fassent l’objet d’un partage de vues au niveau européen, notamment avec les agences européennes et les autres agences nationales.

«De nombreuses incertitudes scientifiques marquent en effet le dossier d’évaluation du BPA. Les effets avérés pour l’homme ne sont pas formellement démontrés aux concentrations auxquelles les populations, y compris vulnérables, peuvent être exposées.»

L’Union demande également qu’une définition des perturbateurs endocriniens et des critères de caractérisation soient établis au plus vite au niveau européen. Elle estime prématuré de publier une liste des potentiels perturbateurs endocriniens dont, selon elle, «les critères font débat et l’évaluation n’est pas encore achevée».

Dans ce contexte, l’UIC estime que l’appel à contributions de l’Anses sur les produits de substitution est légitime mais doit respecter certaines étapes préalables. «La substitution du BPA n'est pas une démarche simple dans la mesure où son remplacement par une seule substance n'est techniquement pas envisageable aujourd'hui, en particulier dans les résines au contact des aliments», explique l'UIC dans son communiqué.

En outre, l'organisation professionnelle affirme ne pas pouvoir accepter le principe de remplacement d'une substance bien évaluée par une substance moins bien évaluée du point de vue de ses impacts sanitaires et environnementaux.

Face à des préoccupations scientifiques majeures, l'UIC demande aux pouvoirs publics de prendre en compte les incertitudes de l'évaluation et l'absence de substituts immédiatement disponibles pour certaines applications.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus