L’UE promet 2,4 milliards d’euros par an jusqu’en 2013 aux pays pauvres

Le 11 décembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lors du Conseil européen, 17 des 27 Etats membres de l’Union européenne se sont entendus pour contribuer à un financement «fast start» de 2,4 milliards d’euros par an sur la période 2010-2012, destiné à aider les pays en développement dans leur lutte contre le changement climatique et conclure un accord international lors de la conférence de Copenhague.

La France et la Grande-Bretagne devraient contribuer à ce financement à hauteur de 1,66 milliard d’euros, a annoncé hier le Premier ministre britannique Gordon Brown au cours d’une conférence de presse conjointe avec Nicolas Sarkozy en marge du Conseil européen de Bruxelles, selon Reuters. Le chef de l’Etat français a précisé que la France mettrait un peu de plus de 300 millions d’euros par an sur la table pendant cette période.

L’engagement financier allemand devrait être du même ordre, soit autour de 300 millions d'euros par an. La Suède a promis 800 millions d'euros sur trois ans, l'Espagne 300 millions et la Finlande 100 millions, toujours selon Reuters.

Le Conseil européen s’est prononcé pour l’adoption d’un instrument juridiquement contraignant destiné à remplacer le protocole de Kyoto au 1er janvier 2013 dans un délai de 6 mois après la conférence de Copenhague. Si les 27 ont réaffirmé leur intention de limiter le réchauffement planétaire moyen de 2°C d’ici 2100, ils maintiennent un objectif de réduction d’émissions de 30% à la condition que les autres pays industrialisés et en développement prennent des engagements similaires, en fonction de leur responsabilité et capacité.

Pour les Amis de la Terre, le Conseil européen «n’a donné aucune raison de croire à la conclusion d’un accord juste et efficace à Copenhague», les dirigeants européens ayant échoué à définir ce que l’UE donnera aux pays en développement pour lutter à long terme contre le changement climatique. L’ONG estime que ces 2,4 milliards ne sont qu’un réassemblage d’aides au développement.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus