L’ours blanc appelé en renfort avant la COP 21

Le 20 novembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
-30% d'ici 2050
-30% d'ici 2050
DR

A près d’une semaine de la COP 21, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) met l’ours blanc à l’honneur, à l’occasion de la révision de sa Liste rouge. D’ici 2050, l’espèce pourrait avoir décliné de 30%, selon de dernières estimations.

Selon l’UICN, cette évaluation est la plus complète jamais menée sur les prévisions d’évolution de l’ours blanc. Ursus maritimus, qui compte entre 21.000 et 33.000 individus dans l’Arctique, conserve son statut «vulnérable» dans la Liste rouge de l’UICN, mais devrait poursuivre sa chute au cours du 21ème siècle.

Pour les experts, «une période de cinq mois ou plus sans glace entraînera un jeûne prolongé pour l’espèce, ce qui est susceptible de causer des problèmes d’infertilité accrue ou de famine dans certaines régions. D’après des prévisions récentes, des étendues importantes de l’archipel arctique canadien seront libres de glace pendant plus de cinq mois par an à la fin du 21e siècle; dans d’autres parties de l’Arctique, ce seuil de cinq mois pourrait être atteint vers le milieu du 21e siècle».

De l’autre côté de l’évolution

De manière moins attendue, l’UICN s’est aussi penchée sur 29 espèces de champignons, certes moins charismatiques que l’ours polaire, mais qui n’en fournissent pas moins «des services écosystémiques essentiels».

Parmi eux, Leptonia carnea, une espèce «vulnérable» et qui s’avère aussi une victime climatique. Retrouvé uniquement dans les forêts californiennes de séquoias, ce champignon bleu souffre de la sécheresse actuelle qui sévit dans l’Etat, ainsi que de l’exploitation de ces arbres –eux-mêmes classés «en danger».

L’UICN fait également état de 24 nouvelles espèces classées «en danger critique d’extinction», mais peut-être déjà éteintes. Parmi elles, 11 espèces d’orchidées endémiques de Madagascar, la plante hawaïenne «Haha» (Cyanea kolekoleensis), et la grenouille Telmatobius pefauri, du nord de Chili, observée pour la dernière fois en 1976.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus