L’Ouest américain bientôt en proie à des incendies plus violents

Le 29 août 2013 par Stéphanie Senet
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les incendies seront plus longs et plus dévastateurs en 2050
Les incendies seront plus longs et plus dévastateurs en 2050

Alors que les incendies progressent toujours en Californie, une étude publiée en octobre prochain dans la revue Atmospheric Environment, mais déjà disponible en ligne, montre que les feux de forêts seront encore plus dangereux au milieu du siècle dans l’Ouest des Etats-Unis en raison du réchauffement climatique.

Les scientifiques de l’Ecole d’ingénieurs et des sciences appliquées de Harvard (SEAS) sont formels. La seconde moitié du XXIe siècle connaîtra des épisodes d’incendies prolongés de trois semaines, avec des fumées deux fois plus importantes et des zones dévastées plus grandes dans les Etats de l’Ouest américain.

«Nous ne savions pas trop ce que nous allions trouver en lançant ces travaux. Si de plus fortes températures, liées aux changements climatiques, sont favorables aux incendies, les précipitations ou le taux d’humidité peuvent les limiter», estime Loretta J. Mickley, chercheure en chimie atmosphérique à SEAS. «Mais nous avons découvert que dans l’Ouest des Etats-Unis, la température représente le critère plus important. C’est pourquoi elle aura des incidences directes sur les feux de forêt», poursuit-elle.

Les Rocheuses seront 4 fois plus brûlées

L’équipe de chercheurs, qui a élaboré ses modèles selon l’hypothèse du scénario A1B défini par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (économie en pleine croissance avec un mélange de combustibles fossiles et de sources d’énergies renouvelables), a différencié les changements selon les régions. Vers le milieu du siècle, le Nord-Ouest du Pacifique sera touché par des incendies dont la superficie sera accrue de 65%. Les terres brûlées seront par ailleurs deux fois plus grandes à l’est des Rocheuses et 4 fois plus importantes dans la forêt des Rocheuses.

La probabilité de survenue des incendies augmentera globalement d’un facteur 2 ou 3. Par ailleurs, les feux démarreront plus tôt dans l’année (fin avril au lieu de mi-mai) et prendront fin plus tard (mi-octobre au lieu de début octobre).

Des risques dans le monde entier

Ces évolutions ne seront malheureusement pas cantonnées à l’Ouest des Etats-Unis. En France, on se prépare dès 2040 à faire face à des saisons d’incendies prolongées de 40%. Au Canada, les forêts boréales brûlées pourraient doubler au cours des prochaines décennies. Il faut s’attendre à des risques largement accrus dans la plupart des régions du monde.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus