L’or noir reste incontournable

Le 18 avril 2005 par Bertrand Beauté
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Pour la sortie du quinzième numéro de la revue Analyse financière intitulé «Energies: les grands défis pour demain», la Société française des analystes financiers (Sfaf) a organisé le 15 avril une conférence sur l’énergie. L’occasion de rappeler que le pétrole a encore de beaux jours devant lui.

Le pétrole pose problème. Flambée du prix du brut, pollution atmosphérique, aléas géopolitiques, etc. Mais l'or noir devrait rester une ressource énergétique incontournable au cours des prochaines années. «Dans le secteur des transports, 98% de l'énergie provient du pétrole», rappelle Olivier Appert, président de l'Institut français du pétrole (IFP), au cours de la conférence organisée par la Sfaf. Et la demande mondiale continue d'augmenter.»

Toutefois, «le problème des réserves ne se pose qu'à long terme», précise-t-il. «On estimait en 1973 avoir des réserves pour 30 ans. On a consommé 150% de ces réserves et les spécialistes les estiment aujourd'hui à 40 ans.» Ce paradoxe s'explique simplement. Les avancées technologiques ont permis d'exploiter de nouveaux gisements. Par exemple, «on ne pensait pas qu'il y avait du pétrole au-delà de 4.000 mètres de profondeur. On fore désormais entre 6 et 8.000 mètres aux Etats-Unis. Par ailleurs, les taux de récupération actuels sont de 30%. Il est tout à fait imaginable techniquement de les faire passer à 50%. Quand on sait qu'une variation de 1% correspond à deux ans de consommation…»

«L'utilisation du pétrole ne s'arrêtera probablement pas avec la fin des ressources. La prise en compte de l'environnement va jouer un rôle. Mais pour le moment, il n'existe pas de solution alternative.» Les industriels ont plusieurs pistes pour affranchir l'automobile des énergies fossiles. Au salon de Genève de mars 2005, le groupe Bolloré a dévoilé un concept-car électrique réalisé avec Matra. «On va y arriver petit à petit», prévoit Jean-Louis Bouquet, président de Batscap, filiale du groupe Bolloré. Par ailleurs, plusieurs constructeurs commercialisent des moteurs hybrides. Mais «ils présentent un faible intérêt pour l'environnement, estime Olivier Appert, les deuxièmes générations seront certainement plus performantes.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus