L'Onudi pêche par l'environnement

Le 15 décembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Onudi ouvre un bureau d'investissements à Marseille. Sa mission: trouver des partenaires au sud de la France pour financer des projets des pays méditerranéens en développement, sans contrevenir au respect de l'environnement.

L'Organisation des nations unies pour le développement industriel (Onudi) a inauguré vendredi une antenne à Marseille. Cette institution d'aide au développement d'activités économiques dans les pays en voie de développement prend en compte les critères environnementaux. L'antenne marseillaise est plus particulièrement un bureau d'investissement qui a pour mission de promouvoir auprès des entrepreneurs et des investisseurs du sud de la France des projets mis en oeuvre dans les pays méditerranéens. "Mais nous ne négligeons pas non plus le domaine de l'environnement, même s'il reste secondaire", affirme Jean-Claude Plana, directeur du bureau de l'Onudi à Marseille. Ses priorités écologiques sont le protocole de Kyoto et la dépollution des sols. Des projets portent en effet sur des zones très polluées. "Il faudra trouver l'argent, mais aussi mettre à contribution les bonnes volontés politiques. A nous de demander une législation locale plus sévère sur l'environnement. Nous pouvons d'ailleurs faire appel dans un projet à notre réseau s'occupant plus spécifiquement de l'environnement", assure Jean-Claude Plana.

L'Onudi dispose en effet d'un autre réseau, les centres dits nationaux pour une production plus propre, selon la traduction littérale anglaise. Ils ont pour mission d'intervenir sur les aspects environnementaux notamment dans un souci d'économies de ressources naturelles et de réduction des émissions de polluants dans les pays en développement. Ainsi sur une chaîne de production, ils pourront proposer en amont des procédés pour réduire la consommation d'eau et en aval un système de traitement des déchets. Ces travaux concernent non seulement les industries lourdes, mais aussi les PME. "Au Costa Rica, ce réseau de l'Onudi a pu réduire l'usage de l'eau de 25% dans une PME de mise en bouteille et intervenir sur le nettoyage des abords de l'usine", explique Jean-Claude Plana. Le bureau de ce pays d'Amérique du sud a bénéficié de nombreuses collaborations d'entreprises locales mais aussi d'organisations publiques comme la Chambre d'industrie du Costa Rica, l'Institut technologique du Costa Rica ou l'Agence internationale canadienne de développement sur la fabrication de cette unité de production laitière.

Pourtant, convaincre de mettre en place des systèmes respectueux de l'environnement est très délicat. "La difficulté principale est de motiver les entreprises. Il faut sans cesse expliquer et démontrer l'intérêt de réaliser des investissements respectueux de l'environnement. Nous jouons particulièrement sur la réduction des coûts que peuvent apporter des économies d'électricité", poursuit le directeur. Autre avantage mis en avant auprès des entrepreneurs des pays en développement: la conformité des produits aux normes européennes qui permet de pénétrer ce marché. L'importance de l'image est également avancée par l'Onudi.

L'Onudi dispose de 29 bureaux de pays, 30 centres nationaux pour une production plus propre et 13 bureaux d'investissement. Une antenne parisienne de l'Onudi pour les investissements s'occupe plus particulièrement des projets en Asie et en Amérique latine.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus