L’ONU recrute son chargé de climat

Le 24 février 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Nozipho Mxakato-Diseko : future patronne de la convention climat ?
Nozipho Mxakato-Diseko : future patronne de la convention climat ?
Franz Dejon/IISD

Le poste de secrétaire exécutif de la convention sur le changement climatique sera vacant cet été.

Il fallait s’y attendre. Quelques jours après que Christiana Figueres a annoncé son désir de ne pas poursuivre sa tâche de secrétaire exécutive de la convention de l’ONU sur le changement climatique au-delà de son mandat actuel, l’ONU cherche un successeur.

Ce mercredi 24 février, c’est tout naturellement que son secrétaire général, Ban Ki-Moon, a publié une petite annonce pour trouver la perle rare. Les qualités requises: connaître sur le bout des doigts la convention de 1992, le protocole de Kyoto, l’accord de Paris, le fonctionnement des négociations internationales; être dynamique, savoir construire des coalitions de circonstances, savoir négocier avec des responsables de (très) haut rang, être un bon communicant. On pourrait ajouter que le siège de la convention se situe à Bonn (Allemagne) et que la période à venir (mise en œuvre de l’accord de Paris d’ici 2020) est particulièrement critique. Tout cela pour 180.000 euros par an.

Consécration de Laurence Tubiana…

Si l’ONU cherche formellement un(e) remplaçant(e) à la diplomate costaricaine, plusieurs noms circulent déjà dans les chancelleries. Le plus évident est celui de Laurence Tubiana, ambassadrice française au climat et l’une des architectes de la COP 21 et de son succès. Dans la même veine, Teresa Ribera est une bonne challenger. Ancienne secrétaire d’Etat à l’énergie et au climat de l’Espagne, cette experte, bien connue en Amérique latine, dirige maintenant l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), think tank créé par… Laurence Tubiana.

Supporter passionné de l’équipe de foot du Galatasaray, Fatih Birol est un autre candidat sérieux. Le patron de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) connaît parfaitement les questions-clés liant l’énergie au réchauffement. Chef d’orchestre de la COP 20, Miguel Pulgar Vidal sera bientôt disponible. Très actif pendant la COP 21, le ministre péruvien de l’environnement pourrait prochainement quitter son poste. Lors de sa visite au Pérou, mardi 23 février, le président Hollande n’a pas manqué de lui rendre hommage.

… ou montée d’un pays en développement?

Rien n’interdit, bien sûr, qu’un leader d’un pays en développement hérite du poste. Un job que connaît par cœur Nozipho Mxakato-Diseko, redoutable et expérimentée négociatrice sud-africaine et porte-parole de l’incontournable G77+Chine. L’ONU peut lui préférer Dessima Williams, ancienne diplomate de la Grenade au sommet de Copenhague et coordinatrice de l’alliance des petits Etats îliens, l’Aosis. Elle est désormais la conseillère climat de l’ONG Oxfam.

Evidemment, Laurent Fabius peut encore préférer aux ors du Conseil constitutionnel le modernisme onusien.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus