L’OMS s’attaque à l’air intérieur et commence par l’humidité

Le 17 juillet 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le 15 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié les premières lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur, relatives à l’humidité et aux moisissures. Ce document, fruit de deux années de recherches effectuées par 36 scientifiques à l’échelle mondiale, est le premier d’une série de recueils de lignes directrices qui permettront à l’OMS d’établir des recommandations pour lutter contre la pollution de l’air intérieur.

D’après les conclusions de l’OMS, les occupants des bâtiments humides ou contenant des moisissures (publics ou privés) courent un risque qui peut être jusqu’à 75% supérieur à la normale d’être atteints de symptômes respiratoires et d’asthme. Or, dans de nombreux pays de l’Union européennes, 20 à 30% des ménages connaissent des problèmes d’humidité. Les produits chimiques, les bactéries et autres champignons liés à l’humidité provoquent ou aggravent les problèmes de santé, notamment chez les enfants. Dans l’Union, l’OMS estime que 13% des cas d’asthme infantile seraient dus à l’humidité des logements.

Les prochaines publications de l’OMS traiteront des produits chimiques et substances libérées par la combustion, responsables chaque année d’un million et demi de décès au niveau mondial.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus