L’OCDE évalue le bilan carbone de la taxe carbone

Le 04 février 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La taxe carbone réduit les émissions du secteur manufacturier.
La taxe carbone réduit les émissions du secteur manufacturier.

 

A son niveau actuel, la contribution climat énergie réduit de près de 4 Mt par an les émissions carbonées du secteur manufacturier français.

La taxe carbone réduit bien les émissions carbonées de l’industrie française, sans nuire à la compétitivité des entreprises industrielles. Telle est la conclusion de la dernière étude publiée, ce 4 février, par l’OCDE.

En conjuguant évolution de la taxe carbone et performances environnementales et économiques de 8.000 entreprises manufacturières tricolores, entre 2001 et 2016, les économistes de l’institution basée à Paris dressent un bilan de cet outil de régulation des émissions de carbone.

des effets sur l'emploi

Les résultats montrent qu’une augmentation de 10% des prix de l’énergie réduit de 6% la consommation industrielle de pétrole, de gaz ou d’électricité. Ce qui entraine une baisse de 9% des émissions de CO2. Ceci, soulignent les experts de l’OCDE, n’est pas non plus sans effet sur l’emploi. «L’augmentation des prix de l’énergie entraîne un redéploiement de la production et de la main-d’œuvre des entreprises intensives en énergie vers les entreprises économes en énergie.» Certes, mais le bilan reste déséquilibré: quand les prix du MWh ou de la TEP grimpent durablement de 10% le nombre d’employés dans l’industrie se contracte de 2%. 

une économie de 3,8 Mt/an

Peut-on évaluer l’économie d’émission imputable à la taxe carbone? Les analystes de l’OCDE se frottent à l’exercice. A coup de reconstitutions, ils estiment que la taxe carbone à son niveau actuel (44,6 €/t CO2) a permis d’éviter l’émission de 3,8 millions de tonnes de gaz carbonique en 2018. À peine de quoi compenser les rejets carbonés de la centrale au charbon de Cordemais.