L’OACI bouge un peu et Bruxelles suit

Le 12 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une petite avancée vers la réduction des émissions de l'aviation
Une petite avancée vers la réduction des émissions de l'aviation

Il était temps! Vendredi 9 novembre, les instances de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ont pris une décision, attendue depuis… 1997. Conclu en décembre 1997, le protocole de Kyoto a en effet donné à l’OACI la responsabilité de réguler les émissions de GES du transport aérien. Une injonction qui était restée lettre morte, jusqu’à présent.

L’agence de l’ONU en charge du transport aérien devrait prochainement mettre en place un groupe de travail à haut niveau (composé de représentants des Etats membres de l’OACI) sur la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur.

Concrètement, l’aréopage devra proposer des mécanismes permettant aux compagnies aériennes de réduire leurs rejets de GES sans nuire à leur compétitivité. «Deux voies peuvent être explorées, la mise en œuvre d’un marché mondial de quotas comparable à l’ETS européen ou des objectifs de réduction sectoriels», explique au JDLE Bill Hemmings, en charge du dossier chez Transport and Environment, une ONG basée à Bruxelles.

Bref, à deux semaines de l’ouverture du sommet climatique de Doha, le secteur aérien fait une toute petite avancée sur la voie de la réduction de ses émissions. Car l’OACI devrait se hâter au pas du sénateur. «Quel qu’il soit, le mécanisme ne sera pas opérationnel avant 2020», estime Bill Hemmings. Toutefois, les ONG souhaitent que l’agence onusienne fasse son choix au cours des prochains mois. Ce qui pourrait mettre un peu d’huile dans les rouages de la négociation climatique mondiale et améliorer les relations que l’Union européenne entretient avec certains pays. Depuis le début de l’année, Bruxelles a intégré d’office l’aviation commerciale mondiale à l’ETS, au grand dam des Etats-Unis, de l’Inde et de la Chine.

Pour faciliter le travail de l’OACI, Bruxelles est prête à quelques concessions. L’exécutif européen a proposé lundi 12 novembre, de suspendre l'intégration à l’ETS du secteur aérien jusqu'à la prochaine assemblée générale de l'OACI à l'automne 2013 pour arracher un accord international. «J'ai proposé d'arrêter les pendules, car nous avons des signes qu'un accord peut être conclu au niveau international», a annoncé Connie Hedegaard, la commissaire européenne en charge du climat.

http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-12-854_en.htm?locale=en



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus