L’Italie ne veut plus de l’EPR

Le 05 décembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Enel jette l'éponge
Enel jette l'éponge

Enel a annoncé, par communiqué, son retrait du projet EPR de Flamanville et de 5 autres projets devant être construits en France suivant la même technologie EPR [mais suspendus depuis, ndlr].??

Il met ainsi fin à l'accord de partenariat stratégique conclu par les deux groupes en novembre 2007, ajoute-t-il.??

«Suite à l'exercice de retrait du projet Flamanville, Enel devrait recevoir 613 millions d’euros de remboursement, plus les intérêts», précise le groupe italien.

EDF a confirmé dans un communiqué distinct la fin de sa coopération avec Enel et le renoncement en conséquence des deux groupes aux options respectives dans les programmes de l'autre partenaire.??

En contrepartie du remboursement qu'il devra opérer, EDF récupère l'intégralité des droits dans le projet EPR Flamanville, y compris l'ensemble des revenus à venir de la commercialisation de l'électricité.??

La rupture entre les deux partenaires mettra progressivement fin aux droits de tirage d’électricité d’Enel sur le réseau français (1.200 mégawatts en 2012).

La décision de l’énergéticien transalpin est assez logique. Par le référendum de juin 2011, l’Italie a, une fois encore, rejeté le développement de l'énergie nucléaire.

D’autre part, Enel n’a, semble-t-il, pas admis les dérives financières à répétition du chantier de Flamanville 3, dont le coût a quasiment triplé depuis le démarrage.

http://www.enel.it/it-IT/media_investor/comunicati/release.aspx?iddoc=1656524



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus