L’IRSN invite à revoir les normes de radioprotection

Le 17 mars 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a rendu public, jeudi, sa dernière étude sur les conséquences des expositions faibles et chroniques à la radioactivité. Cinq ans après son lancement, les premiers résultats du programme «Envirhom» montrent notamment que si les normes internationales actuelles, tirées des «extrapolations des connaissances» à partir des contaminations massives provoquées par les bombardements de Hiroshima et de Nagasaki, sont valables pour la gestion du risque radiologique chez les travailleurs du nucléaire, elles ne semblent pas adaptées à la population en général. Selon le directeur de la radioprotection de l’homme de l’IRSN, Patrick Gourmelon, les recherches sur des micro-algues, des crustacés ou des rats ont montré notamment que les organes touchés par la radioactivité suite à une exposition chronique et à faible niveau de radionucléide ne sont pas les mêmes que ceux atteints lors d’une exposition à des doses massives de type bombe atomique.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus