L’irrigation chinoise est très carbonée

Le 15 mars 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
100 millions de km3 servent à l'irrigation chinoise.
100 millions de km3 servent à l'irrigation chinoise.

Aspect souvent oublié de l’approvisionnement en eau: cela consomme beaucoup d’énergie. Ce qui, dans certains pays comme la Chine, revient à émettre d’importants tonnages de gaz carbonique.

Une équipe de chercheurs sino-britanniques a voulu aller plus loin, en établissant le bilan carbone du pompage de l’eau dédiée à la seule irrigation. Publiés dans Environmental Research Letters, les résultats de leurs travaux font froid dans le dos.

L’équipe dirigée par Jinxia Wang (académie des sciences chinoise) a évalué les volumes d’eau prélevés par les paysans de 366 villages des 11 principales régions agricoles de l’Empire du milieu. Les chercheurs ont ensuite estimé l’énergie nécessaire aux pompes électriques (76% du parc) et thermiques (24%) pour prélever et distribuer l’eau. Avant d’extrapoler ces chiffres à l’ensemble des 31 régions chinoises.

Globalement, l’électricité (majoritairement produite par des centrales au charbon) et le gazole utilisés par les pompes à eau contribuent à émettre 33,1 millions de tonnes équivalent CO2 par an: autant que toute la Nouvelle-Zélande! Un chiffre qui reste, malheureusement, très provisoire.

L’irrigation chinoise consomme, en effet, une centaine de km3 d’eau, chaque année. Or, pour satisfaire aux besoins alimentaires croissants d’une population qui continue d’augmenter, les chercheurs estiment qu’il faudra quadrupler, voire quintupler, les volumes d’eau agricole d’ici 2030.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus