L’interdiction de la pêche profonde actée par les pays européens

Le 10 novembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le chalutage profond resterait autorisé entre 600 et 800 mètres de profondeur
Le chalutage profond resterait autorisé entre 600 et 800 mètres de profondeur

Le rejet du Parlement européen, en décembre 2013, n’est plus qu’un mauvais souvenir… Le Conseil de l’Union européenne a en effet adopté, le 6 novembre, l’interdiction du chalutage profond au-delà de 800 mètres de profondeur, afin de protéger les écosystèmes, particulièrement fragiles dans les grands fonds marins. Les négociations vont pouvoir démarrer avec la Commission et le Parlement.

«Après plus de trois ans de blocage féroce, la France a finalement changé sa position sur le chalutage profond», commente l’association Bloom dans un communiqué. Le gouvernement français s’est en effet récemment rangé derrière la proposition luxembourgeoise pour soutenir l’interdiction de la pêche profonde dans les eaux européennes au-delà de 800 m. L’an dernier, selon une étude de la Nef[1], il soutenait au contraire les quotas de pêche d’espèces profondes les plus importants, au-delà des recommandations des scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (Ciem). A noter que la pêche profonde restera autorisée au-delà de 600 m.

Alors que les négociations vont commencer en «trilogue», l’association Bloom appelle désormais l’eurodéputée Isabelle Thomas, rapporteure du règlement au Parlement, à défendre l’interdiction de la pêche profonde.

 

 



[1] New economics foundation

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus