L’INRS fait le point sur le bruit au travail

Le 07 juin 2005 par Delphine Moninot
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 2 juin 2005, l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) a mis en ligne un nouveau dossier concernant le bruit.

On parle de bruit lorsqu'un ensemble de sons est perçu comme gênant. Au-delà d'une certaine limite, tous les sons sont gênants, voire dangereux (niveau sonore de 120 décibels physiologiques (db(A)). Pour une exposition de huit heures par jour, le seuil de nocivité est fixé à 85 db(A), sachant que le niveau moyen d'une conversation est de 50 db(A).

Les risques liés au bruit vont de la fatigue auditive à la surdité, en passant par des « effets non traumatiques », c'est-à-dire néfastes pour d'autres fonctions que l'audition. Etre exposé à un bruit trop élevé peut être un facteur de stress au travail, détériorer les performances cognitives ou entraîner une diminution de la qualité du sommeil. Des études épidémiologiques ont même montré que des troubles cardio-vasculaires comme l'hypertension sont plus fréquents chez les travailleurs exposés au bruit.

Le dossier de l'INRS précise les moyens de prévention contre ces risques : la réduction à la source, l'action sur la propagation du bruit et les protections individuelles. Selon un sondage réalisé début 2005 pour l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, 67% des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail. Selon l'étude Sumer 2003, en France, plus de 3 millions de personnes seraient exposées de manière prolongée à des bruits intenses dépassant 85 dB(A) sur leur lieu de travail. En 2003, 632 cas de surdité ont été reconnus comme maladies professionnelles, principalement dans la métallurgie et le BTP. Reconnu comme cause de maladies professionnelles depuis 1963, le bruit fait l'objet d'une réglementation qui vise à protéger les travailleurs contre les risques liés à une exposition prolongée (article L. 230-2 du Code du travail). Celui-ci devrait évoluer prochainement avec la transposition en droit français de la directive européenne 2003/10/CE. Les seuils d'action qui étaient définis à 85 et 90 dB(A) vont être abaissés de 5 dB(A). De plus, une valeur limite d'exposition (87 dB(A) sera instaurée, en tenant compte de la protection individuelle.

Le bruit sur les lieux de travail est la thématique prioritaire de l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail en 2005. Le point d'orgue de la campagne sur le bruit sera la semaine européenne pour la santé et la sécurité au travail qui se déroulera du 24 au 28 octobre 2005.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus