L’inondation du Gard de 2002 a accru le recours aux psychotropes

Le 20 mars 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Après une catastrophe naturelle comme une inondation survient une augmentation de la consommation des médicaments psychotropes. C'est la conclusion d'un rapport de l'Institut de veille sanitaire (InVS), mis en ligne le 19 mars, qui a étudié les prescriptions de 121.453 patients «nouvellement traités» (1) dans le Gard, suite aux inondations et aux coulées de boue subies par le département entre le 8 et le 10 septembre 2002. «Une augmentation nette du nombre moyen quotidien des délivrances de nouveaux traitements par psychotropes a été observée dans les trois semaines post-inondations par rapport aux périodes de référence», indique le rapport.

Le pic de délivrance a été observé sur une durée de trois semaines suivant les inondations. Ce même constat avait été établi par l'étude menée après la catastrophe d'AZF en septembre 2001. Les personnes de 50 ans ont eu plus particulièrement recours aux médicaments psychotropes, contrairement à AZF qui a davantage touché les populations plus jeunes.

A plus long terme, les médecins ont continué à prescrire plus d'antidépresseurs dans les 6 mois suivant la première ordonnance, surtout chez les femmes âgées de 30 à 50 ans. Chez les hommes, les 60-69 ans sont les plus touchés. Les auteurs du rapport avancent l'hypothèse que «ce résultat pourrait correspondre à une période de retraite avec passation à la génération suivante du patrimoine, ou d'un effondrement de tout un passif, fruit de toute une vie de labeur».



(1) Un patient «nouvellement traité» a été défini comme un patient âgé de 20 ans et plus, ayant eu un «nouveau traitement», c'est-à-dire une délivrance de psychotrope un jour donné entre le 1er mai 2002 et le 22 décembre 2003 et pour lequel aucune délivrance de psychotrope n'était retrouvée dans les 6 mois précédents.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus