L'innovation industrielle passerait par l'environnement

Le 25 janvier 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
beffa
beffa

Jean-Louis Beffa vient de rendre son rapport "Pour une nouvelle politique industrielle" au Premier Ministre. Le président directeur général de Saint-Gobain y identifie des programmes prometteurs pour relancer l'industrie française. Nombre d'entre eux sont liés à l'environnement.

L'énergie, l'environnement et les transports font partie des cinq grandes thématiques dégagées par Jean-Louis Beffa qui envisage l'environnement comme un vecteur du développement industriel de la France. Dans le domaine de l'énergie, l'Etat et les industries françaises devraient se mobiliser pour développer les recherches liées aux énergies renouvelables (photovoltaïque, biocarburants et biomasse), et aux bâtiments économes. La mise en avant du photovoltaïque apparaît à contre-courant de la politique du ministère de l'Industrie qui soutient peu le développement de cette technologie. Mais l'auteur estime qu'«un fort développement de cette filière est […] possible si des acteurs-cléf se mobilisent avec des partenaires européens (en particulier allemands).»

Dans les transports, des moyens importants devraient être dédiés au développement des véhicules propres (pile à combustible ou paco, véhicules hybrides et à biocarburants, nanomatériaux). L'auteur justifie cette orientation par l'importance de l'automobile, «secteur industriel clef en Europe, en raison de sa place centrale dans le tissu industriel et de son poids dans la consommation (15,5% des dépenses des ménages consacrées aux transports en 2001).» Or, pour le moment, les seuls acteurs qui investissent véritablement dans les paco sont le Japon et les Etats-Unis, même si la filière est loin d'avoir atteint une échelle industrielle. Quant les Etats-Unis dépensent en recherche et développement sur les paco et l'hydrogène 160 millions d'euros, le Japon dépense 200 millions et la France 40 millions (chiffres de 2002).

Enfin, Jean-Louis Beffa donne quelques pistes en environnement, comme le contrôle et la réparation des nuisances environnementales, l'agriculture propre, la gestion de l'eau, la séquestration et la capture du CO2 et la gestion et le suivi des écosystèmes et de la biodiversité.

La prochaine étape pour Jean-Louis Beffa est la mise en place avant la fin de l'année de l'Agence de l'innovation industrielle dont le budget pourrait atteindre 2 milliards d'euros.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus