L’industrie pétrolière a-t-elle perdu l’élection présidentielle américaine

Le 14 mars 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Hillary Clinton : championne de la collecte de fonds
Hillary Clinton : championne de la collecte de fonds
DR

Pour la troisième fois consécutive, l’industrie pétrolière américaine parie sur le mauvais cheval.

Depuis un arrêt de la Cour suprême américaine de 2009, entreprises et particuliers peuvent financer sans limite les comités de soutien (les PAC) de candidats à l’élection présidentielle. Autre particularité du système de l’Oncle Sam: tous les dons sont (en principe) publics. En furetant, par exemple, sur le site Open Secret, chacun peut donc savoir qui donne à qui et combien.

Depuis toujours, ExxonMobil et consorts soutiennent les républicains. Même si c’est Richard Nixon -l’un des leurs- qui créa l’agence fédérale de protection de l’environnement, les poulains du Grand Old Party sont supposés soutenir la libre entreprises, pétrolière de préférence. Sans surprise, c’est donc vers les candidats du parti à l’éléphant que sont allés l’essentiel des fonds versés par les compagnies pétrolières, gazières et parapétrolières.

 

Hillary Clinton est la championne de la collecte de fonds. Au dernier recensement, la femme de Bill Clinton disposait de 188 M$ (169 M€), contre 101 M$ (90,9 M€) pour Ted Cruz et 96 M$ (86,4 M€) pour son challenger Bernie Sanders. Peu soutenue par les industriels de l’énergie, l’ancienne secrétaire d’Etat est, en revanche, très appréciée des cabinets juridiques ou de lobbying; lesquels lui ont versé près de 2 M$ (1,8 M€). Reste l'inconnue Trump: le magnat de l'immobilier dispose de sa fortune familiale estimée à 4,5 milliards de dollars par le magazine Forbes.

 

Au 7 mars, Big Oil a investi 2,4 millions de dollars (2,1 M€), dont 88,5% sont allés dans les caisses républicaines, estime la commission électorale fédérale. A lui seul, Ted Cruz en empoche le tiers, devant Jeb Bush, pourtant héritier d’une famille pétrolière (20%) et Marco Rubio (10%). Bien introduite dans les milieux d’affaires, la démocrate Hillary Clinton récolte à peine moins, soit 252.000 $ (225.000 €). Son opposant, le ‘socialiste’ Bernie Sanders ne s’est vu offrir que 15.000 $ (13.500 €) par l’industrie de l’or noir.

Problème pour l’industrie pétrolière, aucun de ces champions n’arrive en tête des caucus. Pour le moment, Donald Trump continue de faire cavalier seul dans le cœur des électeurs républicains et dans les sondages. Le milliardaire de l’immobilier a déjà raflé les suffrages de 462 délégués républicains: une centaine de mieux que pour Ted Cruz. A ce rythme, l’élection de 2016 sera la troisième perdue par les candidats du pétrole, après celle de 2012 et de 2008, remportées par le démocrate Barack Obama.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus