L’Indonésie pleure son corail

Le 18 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réchauffement de l'eau accélère la mort du corail en Indonésie
Le réchauffement de l'eau accélère la mort du corail en Indonésie

Les coraux indonésiens souffrent gravement du réchauffement de l’eau. L’Association pour la protection de la faune et de la flore (WCS pour l’acronyme anglais) constate une véritable hécatombe dans les récifs coralliens du nord-ouest de l’archipel.

 

 « C’est l’événement de mortalité du corail le plus grave et le plus rapide jamais enregistré », révèle l’étude menée par les universités James Cook (JCU - Australie) et Syiah Kuala (Indonésie), dont les résultats sont rapportés, ce mercredi 18 août, par la WCS. Les biologistes marins étudient depuis mars 2005 les récifs de la région d’Aceh, au nord-ouest de l’île de Sumatra.

En mai dernier, les chercheurs avaient constaté la décoloration de 60 % des coraux de la zone. Ce « blanchissement » apparaît lorsque les algues microscopiques (appelées zooxanthelles), vivant dans les tissus coralliens, en sont expulsées. Les zooxanthelles fournissent aux coraux leur nourriture et leur couleur.

Quatre mois plus tard, 80 % de ces coraux étaient morts. Si le phénomène d’extinction à la suite du blanchissement est connu depuis plusieurs années, c’est la rapidité du dépérissement de la population corallienne qui inquiète les chercheurs dans le cas présent.

La hausse de la température dans la mer d’Andaman (incluant les côtes du Myanmar, Thaïlande, îles de Nicobar et d’Andaman, et le nord-ouest de l’Indonésie) semble être responsable de cette hécatombe. Fin mai, la National Oceanic and Atmospheric Administration [NOAA, l’administration américaine en charge de la météorologie et de l’océan], recensant les « points chauds » situés dans les zones coralliennes, a en effet relevé des températures de l’eau atteignant 34°C, soit 4 degrés de plus que la moyenne des autres années.

Les résultats ont d’autant plus étonné les scientifiques que les mêmes coraux ont montré une résistance certaine à d’autres types d’agression. « De nombreux récifs d’Aceh n’ont pas été affectés par le tsunami de 2004 », constatent les équipes de la WCS et de la JCU. « Le blanchissement et la mortalité en 2010 ont rapidement mis à mal les efforts que les communautés locales avaient faits pour conserver leurs stocks de poissons, déplorent les chercheurs. Les répercutions sur la nombreuse population des récifs seront graves »

« Si un degré similaire de mortalité apparaît dans d’autre sites de la mer d’Andaman, ce sera le pire événement de blanchissement jamais enregistré dans la région de par son ampleur », analyse pour sa part le docteur Andrew Baird de l’ARC à l’université James Cook.

Une étude australienne, dont les premiers résultats ont été rendus le 17 août, s’intéresse au système immunitaire des coraux. La scientifique Caroline Palmer du Centre de recherche australien sur les coraux (ARC) de l’université James Cook parle de « stress environnemental ».

L’étude du système immunitaire permettra de « prévoir leur vulnérabilité aux maladies et à la décoloration, avant l’apparition des signes de stress », selon la biologiste. Les maladies causées par des microbes ainsi que les variations de températures sont des facteurs de stress fréquents, selon l’équipe australienne. 3 à 6 % de la Grande barrière de corail sont affectés par les maladies, tandis qu’un tiers souffre de la hausse de la température marine, dans cette année de fortes chaleurs.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus