L’Inde manque de règles pour traiter ses DEEE

Le 27 février 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Organisation non gouvernementale Toxics Link vient de publier deux rapports montrant l'absence de réglementation relative au traitement des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) en Inde. Elle recommande de mettre en place une législation qui règle le problème des imports illégaux et de la production domestique de DEEE, et souhaite que l'application des principes de base en matière de justice environnementale, tels que le principe de précaution et le principe pollueur-payeur, soit une priorité. La responsabilité élargie du producteur serait, selon elle, la réponse la plus appropriée.

Selon Reuters, Toxics Link a également déclaré le 23 février que l'Inde a généré 150.000 tonnes de DEEE par an au cours des trois dernières années. La ville de Mumbai (Bombay) est la source la plus importante de DEEE avec une production de 19.000 tonnes par an. «A Mumbai comme dans le reste de l'Inde, il n'y a pas de réglementation concernant la sécurité de manipulation de ces produits, ce qui va conduire à des impacts sérieux sur la santé et l'environnement», a déclaré Ravi Agarwal, directeur de Toxics Link.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus