L’impact sanitaire de la pollution de l’air à Perpignan

Le 15 juillet 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’Institut national de veille sanitaire (InVS) a mis en ligne le 30 juin dernier un rapport sur l’évaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans l’agglomération de Perpignan.

Les résultats de cette étude, réalisée dans le cadre du Plan régional pour la qualité de l’air, montrent que l’on peut imputer chaque année à l’ozone et aux particules fines PM10 (1) la responsabilité de 39 décès anticipés tous âges confondus, et de 19 admissions hospitalières pour motif respiratoire et 26 admissions pour motif cardio-vasculaire chez les adultes de 65 ans et plus.

Les chercheurs montrent qu’une réduction de la concentration annuelle moyenne en PM10 de 5 microgrammes par mètre cube (μg/m3) équivalente à une valeur de 20 μg/m3 constituerait une mesure de santé publique efficace en permettant d’éviter 33 décès.

L’InVS précise que ces données à considérer comme des ordres de grandeur ont pour objectif d’aider les décideurs à fonder leurs politiques sur des arguments sanitaires acquis localement.

(1) Particules de diamètre inférieur ou égal à 10 microns


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus