L’impact écologique des pays riches sur les plus pauvres

Le 23 janvier 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Richard Norgaard, expert en économie de l'environnement à l'Université de Berkeley (Californie), a dirigé une étude (1) publiée le 22 janvier dans Proceedings of the National academy of sciences: elle évalue les dommages environnementaux engendrés entre 1961 et 2000 par les pays riches et affectant les pays plus pauvres à travers leur mode de consommation. D'après un article du Guardian publié le 21 janvier, les auteurs ont estimé que l'impact équivaut à plus de 1.800 milliards de dollars (1.232 milliards d'euros), qui est le montant total de la dette des pays du tiers-monde. Selon eux, les émissions des gaz à effet de serre (GES) issues des pays à faible revenu auraient par exemple entraîné 740 milliards de dollars (environ 506 milliards d'euros) de dommages chez les pays à revenu élevé, alors que les pays à revenu élevé auraient causé 2.300 milliards de dollars (1.570 milliards d'euros) de dommages chez les pays à faible revenu, tels que des inondations résultant du changement climatique.

L'équipe s'est appuyée pour ses calculs sur des données de la Banque mondiale et de l'évaluation des écosystèmes pour le Millénaire des Nations unies, et s'est focalisée sur 6 secteurs: les émissions de GES, la réduction de la couche d'ozone, l'agriculture, la déforestation, la surpêche et la conversion de mangroves en fermes dédiées à l'élevage de crevettes. «Au moins jusqu'à un certain point, les pays riches se sont développés au détriment des pauvres, et il y a effectivement une dette envers les pauvres», a déclaré Richard Norgaard.



(1) The debt of nations and the distribution of ecological impacts from human activities, Proc. Natl. Acad. Sci. USA






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus