- 

L'impact du périphérique parisien sur la qualité de l'air

Le 13 avril 2005 par Bertrand Beauté
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
embouteillages bis
embouteillages bis
Le périphérique parisien, avec ses 270.000 véhicules par jour, pollue à 150 mètres autour de lui et jusqu'à 400 mètres dans le cas de l'échangeur de Bagnolet, selon les résultats d'une étude publiée le 12 avril par l'Association de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France (Airparif). Pendant 8 semaines, Airparif a mesuré sur 60 sites autour de la porte de Bagnolet, les niveaux de deux polluants associés au trafic routier (le benzène et le dioxyde d'azote). Au centre de l'échangeur, le niveau du benzène atteint près de deux fois la pollution de fond du secteur. La concentration de dioxyde d'azote est 1,5 fois supérieure à la normale. Par ailleurs, l'étude montre que la couverture du périphérique peut avoir un effet local «protecteur» sur la qualité de l'air, mais il en résulte une accumulation de la pollution à la sortie des tunnels.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus