L’impact des élections américaines sur la politique environnementale

Le 13 novembre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Si les élections de mi-mandat américaines ont été majoritairement interprétées comme un référendum sur la guerre en Irak, elles pourraient également aboutir à des modifications de la politique environnementale et énergétique du pays.

De nombreux candidats élus ont annoncé des mesures relatives au développement des énergies renouvelables (ENR) et à la baisse des émissions de CO2. Le cas du républicain Arnold Schwarzenegger apparaît symptomatique puisque, malgré le désamour des Californiens pour son parti politique, il s'est fait réélire gouverneur de l'Etat. Une issue heureuse qu'il doit en partie à son programme très écologique et au soutien de nombreuses associations environnementales. Dans le Massachusetts, le nouveau gouverneur démocrate Deval Patrick a apporté son soutien à l'Initiative régionale sur les gaz à effet de serre, un consortium qui veut créer un système de quotas de CO2 pour les centrales électriques. 9 Etats se sont pour le moment engagés dans les négociations.

Au Sénat, la direction du comité sur l'énergie et les ressources naturelles devrait revenir au démocrate Jeff Bingaman (Nouveau-Mexique) qui veut travailler sur les énergies propres et a proposé des réductions obligatoires des émissions de gaz à effet de serre. Le sénateur considère la politique sur le réchauffement climatique de George W. Bush comme l'un de ses «grands échecs». D'une manière générale, tous les comités devraient davantage se pencher sur le changement climatique, selon Nature.

Concernant le comité environnement, il sera dirigé par Barbara Boxer, sénatrice démocrate de Californie. Très proche des écologistes, elle s'est vivement opposée, en 2005, au forage pétrolier des zones protégées de l'Alaska. Désormais, elle veut durcir les normes de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) concernant l'eau et les émissions polluantes des centrales électriques.

Ces victoires environnementales locales devraient avoir un impact national, selon Eric Antebi, membre de l'ONG Sierra club interrogé par New scientist. C'est oublier quelques défaites, comme l'échec de la proposition, en Californie, de taxer les grandes compagnies pétrolières pour investir dans les énergies renouvelables.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus