L’Ile-de-France s’oppose aux OGM

Le 25 janvier 2011 par Célia Fontaine
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La région Ile-de-France (IDF) a fait savoir dans un communiqué du 21 janvier qu’elle s’apprêtait à saisir la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour faire annuler l’autorisation d’importation et de mise sur le marché de nouvelles variétés de maïs génétiquement modifié (GM) décidée le 28 juillet dernier par la Commission européenne (dans le JDLE).

 

« L’appel du Gers » lancé le 20 décembre dernier (dans le JDLE) a été entendu par Jean-Paul Huchon, président de la région, et Hélène Gassin, vice-présidente chargée de l'environnement, de l'agriculture et de l'énergie.

 

Pour la région, membre du Réseau des régions européennes libres d’OGM depuis 2004, « les impacts négatifs des cultures GM sur la biodiversité et la contamination des parcelles non GM sont avérés ». Il faut encore que l’innocuité des OGM soit démontrée et garantie sur le plan de la santé humaine.

 

La décision de la Commission européenne d’autoriser de nouveaux OGM « va à l’encontre non seulement de l'intérêt général des Européens, mais bafoue également le principe démocratique et le droit des consommateurs ». C’est pourquoi la région intente un recours qui porte sur la violation du principe de précaution, de l'objectif d'un niveau élevé de protection de la santé et de l'environnement inscrit dans les traités, du principe de l'équilibre des pouvoirs au sein de l'UE et du principe de transparence.

 

Les régions Paca, Rhône-Alpes, Bretagne, Midi-Pyrénées, Champagne-Ardenne, et Poitou-Charentes se sont, elles aussi, déclarées favorables à cette action, selon Inf’OGM.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus