L’Iccat se détourne du requin et de l’espadon

Le 18 novembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une avancée: les prises de thon obèse sont  limitées
Une avancée: les prises de thon obèse sont limitées

Au grand dam des associations environnementales, la 24e réunion annuelle de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat) s’est conclue à Malte, le 17 novembre, sur un échec. Plusieurs espèces manquent toujours de protection face aux pêcheurs.

 

Seule avancée, cette réunion des 49 parties[1] a donné lieu à la présentation de l’évaluation scientifique du thon obèse (Thunnus obesus), décrété en surpêche. Dans le cadre d’une recommandation précisant le programme pluriannuel de conservation et de gestion des thonidés tropicaux, l’Iccat s’est toutefois contentée de prendre une mesure d’urgence en fixant un total admissible de capture, qui s’élève à 65.000 tonnes pour 2016, 2017 et 2018.

 

Le requin et l’espadon aux oubliettes

En revanche, aucun accord n’a été trouvé sur «le requin et l’espadon, deux espèces à haute valeur écologique et commerciale», note l’association Oceana dans un communiqué diffusé le 17 novembre. Ce qui laisse la porte ouverte à leur surexploitation par les flottes internationales. «Les prises de requins se sont pourtant largement accrues au cours des 10 dernières années sans qu’aucune réglementation ne soit mise en place. Quant à la surpêche de l’espadon de Méditerranée, l’Iccat refuse tout simplement de s’en occuper. Si aucune mesure n’est prise, la crise du thon rouge de l’Atlantique Est pourrait s’étendre à ces espèces», alerte Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana en Europe.

 

Aucune avancée sur le «shark finning»

La proposition de renforcer l’interdiction du finning, qui consiste à découper les ailerons d’un requin et à rejeter le poisson mutilé à la mer, n’a pas non plus été adoptée. Cet échec est dû au blocage du Japon, soutenu sur ce point par la Chine et la Corée, précise l’ONG Shark Advocates International dans un communiqué. Le Pays du soleil levant a également fait barrage à la proposition de l’Union européenne de limiter les prises de requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus).



[1] Il s’agit des Etats qui pêchent en haute mer dans l’Atlantique et la Méditerranée

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus