L’hypersensibilité chimique multiple explose aux Etats-Unis

Le 15 mars 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas de chiffres de prévalence en France
Pas de chiffres de prévalence en France
DR

Encore peu reconnue, l’hypersensibilité chimique multiple (MCS) connaît une forte hausse aux Etats-Unis, avec une multiplication par quatre de la prévalence en une décennie, révèle une étude publiée dans le Journal of Occupational and Environmental Medicine.

 

Le MCS se caractérise par la survenue de divers symptômes (maux de tête, malaises, troubles de la concentration, etc.) en présence de produits chimiques variés, tels que produits d’entretien, cosmétiques et peintures. Répertoriée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa «CIM10»[i], elle peine à se faire reconnaître par le monde médical.

Or une étude publiée par Anne Steinemann, de l’université de Melbourne (Australie), révèle qu’elle serait en forte progression aux Etats-Unis. La chercheure a mené une enquête sur un échantillon représentatif de 1.137 Américains interrogés en 2016, comparant ces résultats à ceux de deux études précédentes, menées aux Etats-Unis en 2002-03 et 2005-06.

+300% en dix ans

Résultat: 12,8% des personnes interrogées se sont vues diagnostiquer un MCS par leur médecin, contre 2,5% en 2002-03 et 3,9% en 2005-06, soit une hausse d’environ 300% en une décennie. De même, 25,9% des répondants indiquaient ressentir une hypersensibilité à un ou plusieurs produits chimiques, soit une hausse de 200%.

Les symptômes consistent principalement en difficultés respiratoires (50,3%), maux de tête (46,9%), problèmes cutanés (37,9%) et crises d’asthme (31,7%). Les produits les plus souvent évoqués sont les désodorisants (67,6%), les lessives parfumées (57,9%) et les parfums (65,5%). Parmi les personnes diagnostiquées avec un MCS, à 57,9% des hommes, 71% sont asthmatiques.

Un problème «généralisé»

«Les résultats de cette étude montrent que le MCS est un problème généralisé, en hausse aux Etats-Unis: selon nos estimations, 25,6 millions d’Américains pourraient être diagnostiqués atteints d’un MCS, et 51,8 millions souffriraient d’une sensibilité à un produit chimique», explique Anne Steinemann.

Pas de chiffres en France

Contactée par le JDLE, Marion Tayol, présidente de l’association française SOS-MCS, indique qu’il n’y a pas d’étude sur la prévalence de cette affection en France. «Il est difficile d’avoir des chiffres, parce que cette maladie n’est pas reconnue, les médecins en sont très peu informés. Pourtant, notre association est de plus en plus contactée, aussi bien par des hommes et des femmes, des personnes âgées que jeunes, mais aussi pour des cas d’enfants touchés», explique-t-elle.

Comme l’électrosensibilité, «cette maladie est souvent considérée, à tort, comme psychosomatique», explique Marion Tayol, qui déplore que l’«on parle très peu de santé environnementale aux étudiants en médecine».



[i] Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus