L’Hyperloop, façon Cédric Villani

Le 23 juillet 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des maquettes qui commencent à aller très vite.
Des maquettes qui commencent à aller très vite.
DR

 

Le député de l’Essonne veut mobiliser chercheurs, entreprises et institutions pour préparer l’éventuelle arrivée du train à très très grande vitesse.

 

Les Français ne le savent pas, mais dimanche 22 juillet a débuté, à Hawthorne (Californie), l’un des plus importants concours dédiés aux trains du futur. Pour la troisième fois depuis 2017, plusieurs dizaines d’équipes universitaires rivalisent d’imagination pour concevoir les remplaçants de nos actuels TGV.

 

Initié par Elon Musk, le créateur de la voiture électrique Tesla, la SpaceX Hyperloop Pod Competition voit défiler les maquettes plus ou moins sophistiquées. Rêvé par Jules Verne, l’Hyperloop est une capsule pressurisée circulant sur rail ou coussin d’air dans un tube sous vide à une vitesse sonique ou presque.

Tous les avantages? Voyageant à une vitesse proche de celle du son, la capsule de l’Hyperloop transporte, dans un silence presque total, une quarantaine de passagers ou plusieurs dizaines de tonnes de fret. Moins coûteux à construire et exploiter qu’un TGV, ce train du futur consommerait aussi bien moins d’électricité qu’une motrice classique. D’où l’idée de couvrir les tubes à vide de panneaux photovoltaïques: de quoi produire assez de courant, assurent les scientifiques, pour alimenter le train en électricité.

Dans une note mise en ligne ces derniers jours par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), Cédric Villani appelle à s’intéresser à ce train à haut potentiel. Le député LREM ne croit d’ailleurs pas si bien dire. Dans les concours d’Elon Musk, les Français brillent par leur absence, contrairement aux étudiants suisses, allemands, espagnols, américains, néerlandais ou irlandais.

BON SUJET DE R&D

A en croire le mathématicien français, le train sous vide est pourtant un bon sujet de R&D. En Californie, en Inde ou au Moyen-Orient, de nombreux projets commencent à poindre. Et beaucoup de défis technologiques restent à relever: freinage des capsules, accélération et décélération des véhicules (compatibles avec des passagers qui ne sont pas pilotes de chasse), réduction des puissants champs magnétiques, étanchéité des tubes, pylônes antisismiques.

PASSAGERS ET FRET

Flexible, l’Hyperloop vise une plus grande diversité de clientèle que les TGV classiques: voyageurs pressés, commuters, passagers ralliant un centre-ville depuis un aéroport. Des opérateurs comme DHL ou Amazon s’intéressent aussi à ce système aisément transformable en systèmes de livraison ultra-rapides, à condition que ses extrémités soient proches de plateformes logistiques.

MOBILISATION GÉNÉRALE

Rêve ou réalité proche, l’Hyperloop ne verra pas le jour en France, insiste Cédric Villani, sans une mobilisation des chercheurs. L’ancienne ligne de l’aérotrain pourrait être utilisée comme piste d’essais.

A l’occasion du prochain examen du projet de loi sur les mobilités, le vice-président de l’OPECST propose d’adapter normes et règles nationales. L’établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) et l’agence de l’Union européenne pour les chemins de fer (Era) devraient voir leurs compétences étendues à ce nouveau mode de transport, estime-t-il.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus