L’hydrolienne d’EDF revient à terre

Le 08 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mise à l'eau de la première hydrolienne d'EDF au large de la Bretagne a été décalée de quelques jours en raison de mauvaises conditions météo et de la poursuite de tests de lestage, a-t-on appris, jeudi, auprès du groupe.??
 
Revenue dans le port de Brest, l'imposante turbine destinée à produire de l'électricité grâce aux courants marins devrait repartir samedi, a indiqué une porte-parole d'EDF, pour une mise en eau le 17 ou 18 septembre sur le site du parc-pilote de Paimpol-Bréhat, au large des Côtes d'Armor.??
 
Affichant son millier de tonnes sur la balance et haut d'une vingtaine de mètres, l’engin devait initialement être posé au fond de la mer par une barge spéciale avant ce week-end.??
 
Mais le mauvais temps le week-end dernier a contraint EDF à la ramener au port de Brest, d'où elle était partie le 31 août. De nouveaux essais en mer sont prévus la semaine prochaine avant l'installation au large de Bréhat, a indiqué l’électricien semi-public.??
 
Produite par l'irlandais OpenHydro, l'hydrolienne d'EDF est la première d'une série de quatre engins qui doit être reliée au réseau électrique français d'ici à l'automne 2012.
 
Des hydroliennes ont déjà été installées ailleurs dans le monde (Norvège, Royaume-Uni, Canada) mais il s'agit du premier projet industriel à voir le jour, selon l’opérateur historique.
 
La production électrique restera modeste: les quatre machines doivent fournir l'électricité nécessaire à la consommation de 2.000 à 3.000 personnes.??
 
En Europe occidentale, le Royaume-Uni et la France se partagent la quasi-totalité du potentiel hydrolien en mer, avec 75% côté britannique et le reste côté français.??


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus