L’homme serait plus exposé que prévu au BPA

Le 21 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’exposition humaine au bisphénol-A (BPA) serait plus élevée que supposé, selon une étude américaine publiée le 20 septembre dans la revue Environmental Health Perspectives[1].

Julia Taylor de l’université du Missouri et ses collègues ont mesuré les taux de BPA dans le sérum de femelles  singes et de souris après leur avoir administré des doses orales de BPA, afin de les comparer avec des données antérieures chez les femmes. L’exposition journalière au BPA chez la femme a été estimée à moins d’un microgramme par kilogramme (µg/kg).

D’après leurs résultats, le niveau maximal de BPA chez la femelle singe (4 nanogrammes par millilitre : ng/ml) a été atteint en une heure avant de décliner à de faibles concentrations en 24h. La vitesse d’élimination était similaire chez le singe et la souris.

Les auteurs concluent que le BPA est métabolisé de façon similaire chez les femmes, les singes et les souris. La concentration moyenne sur 24h de 0,5 ng/ml chez les singes et les souris suggère que l’exposition journalière totale chez l’homme serait plus élevée que ce qui était précédemment supposé et résulte probablement de l’exposition à de multiples sources, et non pas uniquement à l’alimentation et aux boissons.

« Cette étude apporte une preuve éclatante de la dangerosité du BPA aux niveaux actuels d’exposition chez l’homme, affirme Fredrick vom Saal, co-auteur de l’étude dans le communiqué de l’université du Missouri. Ces nouveaux résultats démontrent clairement que les données sur les effets du BPA chez les rongeurs sont pertinentes pour prédire les effets sanitaires chez l’homme. On ne devrait plus attendre de nouvelles preuves de la toxicité chez l’homme pour adopter une réglementation visant à réduire l’exposition humaine au BPA ».

Les auteurs réitèrent leur appel aux agences gouvernementales afin d’identifier tous les produits contenant du BPA. Plusieurs Etats américains ont adopté des législations visant à réduire l’exposition, et un projet de loi similaire est en cours d’examen au Congrès.

Le BPA est une substance chimique présente dans de nombreux produits plastique (récipients alimentaires, biberons, revêtements intérieurs de canettes, etc.). Ce perturbateur endocrinien est suspecté de jouer un rôle dans la baisse de la fertilité et la hausse de l’incidence de certaines pathologies, dont le cancer, chez l’homme. Plus de 3,6 millions de tonnes de BPA sont produites par an.

Voir le JDLE « Perturbateurs endocriniens: vers un changement de paradigme ? »



[1] “Similarity of Bisphenol A Pharmacokinetics in Rhesus Monkeys and Mice: Relevance for Human Exposure” Taylor J et al., Environmental Health Perspectives (publié en ligne le 20 septembre 2010)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus