L’extension d’Heathrow conditionnée à une baisse de la pollution

Le 15 décembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le projet controversé d'expansion du principal aéroport de Londres, Heathrow, devrait être abandonné si les niveaux de pollution de l’air ne sont pas réduits de manière drastique, a indiqué le ministre britannique chargé de l'environnement, dimanche 14 décembre, selon une dépêche AFP du même jour.

Le gouvernement britannique prévoit de construire d'ici 2020 une troisième piste à l’aéroport d’Heathrow, pour accroître ses capacités à 700.000 mouvements d'avions par an contre 480.000 aujourd’hui. Sa décision finale, initialement prévue avant la fin de l’année, a été reportée au mois de janvier.

Dans un entretien au Sunday Times, Hilary Benn, le ministre chargé de l'environnement, s'est dit déterminé à respecter les engagements de son pays concernant l’application de la réglementation européenne relative à la qualité de l'air, d’ici 2015. Or, à l’heure actuelle, l’aéroport d'Heathrow est en infraction avec les objectifs européens en particulier pour les niveaux d’émissions de particules fines et de dioxyde d’azote.
Le ministre s’est déclaré sceptique face aux arguments selon lesquels les améliorations technologiques pourraient compenser la hausse des émissions polluantes.

Le gouvernement, favorable à l'extension depuis 2003, s'opposait jusqu’à présent aux associations écologistes, aux riverains, au parti d'opposition conservateur et à un nombre croissant de députés travaillistes.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus