L’exposition aux PBDE affecte le développement des enfants

Le 27 janvier 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’exposition prénatale aux poly-bromo-diphényle-éthers (PBDE) utilisés comme retardateurs de flamme dans de nombreux biens de consommation (meubles, textiles, etc.) affecterait le neurodéveloppement des jeunes enfants, selon des chercheurs de l’université de Columbia.

Les PBDEs sont des perturbateurs endocriniens, persistants et bioaccumulatifs, que l’on retrouve dans l’environnement et l’organisme humain et animal. Des études chez l’animal ont déjà suggéré un effet néfaste de l’exposition prénatale aux PBDE sur le neurodéveloppement.

Les chercheurs américains ont montré, dans le cadre d’une étude sur une centaine d’enfants, que ceux ayant qui avaient les taux de PBDE les plus élevés dans le sang du cordon ombilical à la naissance, obtenaient les moins bons scores aux tests d’évaluation du développement mental et physique entre un et six ans. Les effets se sont révélés particulièrement visibles à l’âge de 4 ans.

«Les réductions obtenues dans les test de QI sont similaires à celles observées chez les enfants exposés à des concentrations faibles de plomb. Ces travaux soulignent la nécessité d'une politique de prévention pour réduire les expositions toxiques durant la grossesse», explique Frederica Perera, co-auteure de l’étude.

Les taux de PBDE chez l’homme sont beaucoup plus élevés en Amérique du Nord qu’en Europe et en Asie, rappellent cependant les auteurs.

(1) «Prenatal Exposure to PBDEs and Neurodevelopment», Environmental Health Perspectives, Herbstman J. et al (publié en ligne le 4 janvier 2010)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus