L'exploitation des gaz de schiste dangereuse pour la santé

Le 28 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Boire de l'eau de fracturation hydraulique n'est pas recommandé...
Boire de l'eau de fracturation hydraulique n'est pas recommandé...

L'Association santé-environnement (Asef), qui rassemble 2.500 médecins, pointe les risques que fait courir l'exploitation des gaz de schiste à l'environnement mais aussi à la santé. Dans un communiqué publié ce 28 août, l’association évoque la présence, dans les puits d'extraction, d'agents hautement cancérigènes.

«On utilise dans les techniques de forage des centaines de produits chimiques qui sont pour la plupart toxiques, voire cancérigènes, souligne dans ce communiqué Pierre Souvet, médecin et président de l'Asef. De plus, les roches souterraines fracturées libèrent elles aussi des substances toxiques comme des métaux lourds ou encore de la radioactivité naturelle.» Des polluants qui peuvent s'infiltrer dans les nappes phréatiques et contaminer l'eau que l'on consomme.

Patrice Halimi, médecin et secrétaire général de l'Asef, mentionne le fait que l’Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a étudié l'eau au domicile des personnes habitant à proximité des puits de forage. Sur 17 puits, 11 étaient contaminés par des agents hautement cancérigènes: arsenic, cuivre, métaux lourds, 2-butoxyéthanol...

 «Il y a eu le scandale du sang contaminé, là, c'est de l'eau contaminée avec des produits cancérigènes reconnus», complète-t-il.

L'Asef note encore que l'exploitation du gaz de schiste pollue l'air, les techniques de forage utilisant des combustibles fossiles comme le pétrole. Sans compter que le gaz extrait, le méthane, a un pouvoir réchauffant 25 fois plus important que celui du CO2.

«Le trou qu'on va creuser, si on exploite le gaz de schiste, c'est celui de la sécurité sociale, ce serait un pacte avec le diable », lance Patrice Halimi, qui veut que pour une fois on réfléchisse avant de faire les choix.

«Le bénéfice énergétique mis en avant par ceux qui défendent ce projet, ainsi que leurs intérêts, est insignifiant par rapport aux risques que l'on fait prendre aux populations», dit-il encore, avant de conclure: «le message qu'il faut faire passer, c'est qu'il faut modérer la consommation énergétique».

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus