L’Europe veut s’engager dans l’éco-innovation

Le 25 mars 2011 par Sonja van Renssen
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les pays nordiques, l’Allemagne et l’Autriche sont en tête du classement des pays européens les plus éco-innovants, selon l’Observatoire européen de l’éco-innovation (EIO), présenté pour la première fois lors du 10 e Forum européen de l’éco-innovation qui s’est tenu à Birmingham (Royaume-Uni) le 22 mars. La France se traîne à la 13 e place, les pays de l’Europe de l’Est et du Sud fermant la marche.

L’EIO est une nouvelle entité européenne chargée de recueillir les données sur l’éco-innovation afin de conseiller les entreprises et les décideurs politiques sur la manière de rendre l’Europe plus compétitive.

Le résultat pour chaque pays dépend d’un ensemble de facteurs, selon Michal Miedzinski, de Technopolis et à la tête de l’EIO, qui varient de l’accès au capital humain au financement, en passant par les tendances historiques et les ressources naturelles.

Ces deux dernières années, plus de la moitié des entreprises européennes ont produit au moins une éco-innovation, poursuit Michal Miedzinski, citant une enquête réalisée auprès de 5.222 dirigeants de PME pour nourrir les travaux du Forum.

Mais font-elles une grande différence? Pas tant que cela, semble-t-il, puisqu’un tiers des éco-innovateurs ont réduit leur consommation de ressources de moins de 5% par unité produite. Trois quarts ont réduit leur consommation de ressource de moins de 20%.

Un petit groupe d’entreprises les plus innovantes (2%) ont réussi à réduire leur consommation de ressources de 60%. Il semble donc que les éco-innovations n’induisent qu’un changement en périphérie.

Pour Michal Miedzinski, le plus gros défi pour les décideurs politiques est de trouver les moyens d’inspirer l’innovation chez les mauvais élèves, là où le potentiel d’économie de ressources est le plus élevé, mais aussi où la capacité pour le faire est inexistante. De même, il est important d’identifier où les bons élèves se situent dans la chaîne de valeur, s’ils sont des acteurs importants, et comment leur impact peut être maximalisé.

Pour les PME, les moteurs de l’éco-innovation sont les prix élevés des matières premières et de l’énergie. Mais les premiers obstacles sont l’incertitude sur la demande et l’accès au financement.

La Commission européenne, dans sa feuille de route sur l’efficacité des ressources -prévue pour cet été, se demande encore s’il est opportun d’introduire des objectifs d’efficacité des ressources pour pousser l’éco-innovation. Elle présentera de toute façon un plan pour l’éco-innovation en parallèle.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus