- 

L’Europe toujours soumise aux particules et à l’ozone

Le 25 mars 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Deux rapports publiés mardi 24 mars par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) mettent en évidence la persistance des problèmes de pollution de l’air européen par les particules PM10 (de diamètre inférieur à 10 micromètres) et l’ozone troposphérique.

Le premier, intitulé «Evaluation spatiale des concentrations en PM10 et ozone en Europe» fait le bilan des mesures de ces polluants en 2005 sur tout le continent. Résultat: 1 Européen sur 4 a connu plusieurs journées de fortes concentrations de PM10 et 1 sur 10 a été exposé tout au long de l’année à des niveaux persistants de PM10 plus élevés que la moyenne annuelle limite (50 µg/m3 plus de 35 jours). Il a été établi que des niveaux élevés de PM10 étaient liés à l’augmentation des pathologies respiratoires et cardio-vasculaires. «Dans l’UE, on estime que les PM10 sont responsables d’environ 373.000 décès prématurés en 2005», indique le rapport. Parmi les régions les plus touchées se trouvent les zones urbaines de la région des Balkans, l’Espagne ou encore la Belgique. La nouvelle directive sur la qualité de l’air, adoptée en avril, fixe pour la première fois des valeurs-limites contraignantes pour les PM2,5 à atteindre en 2015.

En ce qui concerne l’ozone basse altitude, 1 Européen sur 3 environ est exposé à des concentrations supérieures à celles recommandées par l’Europe (ne pas dépasser 120 µg/m3 plus de 25 jours par an). Les auteurs du rapport estiment que l’ozone troposphérique est lié à 75 décès pour 1 million d’habitants dans le Sud-sud-est de l’Europe, et à moins de 10 par million dans le Nord-nord-ouest du vieux continent.

Un second rapport technique fait état de «la pollution de l’air par l’ozone à travers l’Europe durant l’été 2008». Plus encourageant que le précédent, celui-ci affirme que les niveaux d’ozone cet été-là ont été les plus faibles depuis que les mesures sont réalisées (1997). Cependant, certains pays ont présenté des pics de pollution importants, comme l’Italie où des concentrations jusqu’à 399 µg/m3 ont été enregistrées dans la région de Lazio.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus