L’Europe selon Jean-Claude Juncker

Le 13 septembre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La lutte contre le réchauffement et la pollution atmosphérique dans les priorités de Jean-Claude Juncker.
La lutte contre le réchauffement et la pollution atmosphérique dans les priorités de Jean-Claude Juncker.
PE

Le président de la Commission européenne a précisé les priorités de sa fin de mandat. Au menu: un développement contrôlé du commerce international, une relance de la décarbonation de l’industrie, l’avenir des politiques énergétiques et climatiques.

 

Dix-huit mois avant l’entrée en vigueur du Brexit, on n’en finit pas de vouloir repenser l’Europe. Le 7 septembre dernier, le président de la République française a appelé à refonder l’Europe, «la bonne échelle», selon Emmanuel Macron, pour affronter la crise climatique et les vagues de migration, nous protéger «des puissances autoritaires qui nous tiennent dans leurs mains», résister aux cracks financiers. Imprécis, le locataire de l’Elysée a proposé d’élaborer «une feuille de route pour construire l'avenir de notre Europe sur les 10 années qui viennent». Sans plus de précision.

Jean-Claude Juncker s’est voulu plus constructif que le chef de l’exécutif français. Dans son discours sur l’état de l’Union européenne, le président de la Commission a indiqué, mercredi 13 septembre, comment il entendait «parachever une union de l’énergie, une union des marchés des capitaux, une union bancaire et un marché unique numérique».

Mandats de négociation publics

Mais pas seulement. Alors que l’accord commercial conclu avec le Canada (Ceta) s’applique, «à titre provisoire», l’ancien Premier ministre luxembourgeois entend ouvrir des négociations commerciales avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Deux pays qui ne peuvent plus compter sur des relations privilégiées avec les Etats-Unis. Ces deux négociations devront être bouclées d’ici la fin de la mandature, mi-2019, soit quelques mois à peine après la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Petite nouveauté: les mandats de négociation de la Commission seront publiés. Ce qui n’était pas le cas avec le Ceta ou son équivalent avec les Etats-Unis, le Tafta.

Contrôle des investissements étrangers

A l’heure où l’armateur chinois Cosco s’empare en Belgique du terminal conteneur de Zeebrugge (après avoir pris le contrôle en Grèce du port du Pirée), Jean-Claude Juncker propose de mettre en place un contrôle communautaire des investissements étrangers dans des secteurs stratégiques, comme ceux de l’énergie ou de la défense. «Nous ne sommes pas des partisans naïfs du libre-échange. L'Europe doit toujours défendre ses intérêts stratégiques.»

Paquet d’hiver et mobilité propre

Souhaitant la création d’un super commissaire en charge de l’économie, le président de la Commission lui a d’ailleurs préparé un programme. La Commission doit prochainement présenter un projet de nouvelle stratégie industrielle européenne «qui permettra à nos industries de rester ou de devenir le numéro un mondial en matière d’innovation, de numérisation et de décarbonation». Il s’agira notamment de mettre rapidement en œuvre les propositions faites en novembre 2016 dans le cadre du paquet d’hiver: le but étant d’abattre de 40% les émissions de GES communautaires entre 1990 et 2030.

train de mesures pour la mobilité

Fustigeant l’industrie automobile, qui a «cherch[é] à tromper et à induire en erreur», le patron de la Commission promet la sortie prochaine d’une «proposition de réduction des émissions de carbone dans le secteur des transports». Celle-ci traduira en textes législatifs ou réglementaires le train de mesures intitulé «mobilité et changement climatique». Celui-ci comprendra de nouvelles normes d’émission de polluants pour les véhicules légers et les poids lourds, des normes d’efficacité pour les carburants, des règles pour le transport combiné. Sans oublier une initiative visant à déployer une infrastructure de recharge de véhicules électriques.

Au Conseil européen du 28 juin 2017, sera également abordé par les chefs d’Etats et de gouvernements l’avenir des politiques énergétiques et climatiques communautaires et du traité Euratom.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus