L’Europe se dote d’un semblant de stratégie alpine

Le 29 juillet 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bavière et Lombardie veulent mettre la main sur l'argent des Alpes.
Bavière et Lombardie veulent mettre la main sur l'argent des Alpes.
DR

En apparence, c’est une bonne nouvelle. Dans un communiqué publié mardi 28 juillet, la Commission européenne annonce le lancement d’une stratégie pour la région alpine. Après celles dédiées à la Baltique, au Danube et aux mers Adriatique et Ionienne, il s’agit de la 4e stratégie «macrorégionale» déployée par l’UE.

48 régions

Cette dernière concerne 5 Etats membres (l'Allemagne, l'Autriche, la France, l'Italie et la Slovénie), deux pays tiers (le Liechtenstein et la Suisse) et 48 régions. «C’est une conception très large de la région alpine, souligne un proche du dossier. Dans cette stratégie, les Alpes commencent à Francfort et finissent à Venise.» Dit autrement, elle vise à organiser la vie de 80 millions d’Européens. A comparer aux 14 millions concernés par la Convention alpine[1], autre instrument international de gestion des régions alpines.

Que propose la stratégie communautaire? A dire vrai, pas grand-chose. L’Europe n’ayant plus d’argent, il s’agit surtout de mieux coordonner les actions entre les parties, dans les domaines de l’innovation, la croissance économique, la connectivité et la mobilité, l’environnement et l’énergie. «En gros, il s’agira surtout de mieux coordonner l’utilisation des 5,6 milliards d’euros de fonds structurels pour la région durant la période 2014-2020», précise notre expert.

Bavière et Lombardie

La bonne gestion n’est pas tout. «Derrière cette stratégie, on peut voir la main de grandes régions, comme la Lombardie ou la Bavière qui, peu impliquées au sein de la Convention alpine, -laquelle est un accord étatique- souhaitent investir ce terrain d’une autre façon», rappelle-t-il.

Les prochaines étapes: le Conseil européen doit encore valider ladite stratégie d’ici la fin de l’année. Les 28 devront notamment s’accorder sur le fait de laisser (ou non) une petite place à la Suisse dans la gouvernance du futur comité de suivi. A suivre, donc…

 



[1] Signée le 7 novembre 1991, la Convention alpine lie les 8 pays de l’arc Alpin: Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Monaco, Slovénie et Suisse, ainsi que l’Union européenne.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus