L’Europe rouvre le dossier de l’imperméabilisation des sols

Le 12 avril 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Chaque année, l'Europe grignote 1.000 kilomètres carrés de terres
Chaque année, l'Europe grignote 1.000 kilomètres carrés de terres

La Commission européenne vient de faire un petit pas contre l’imperméabilisation des sols, en publiant, ce 12 avril, de nouvelles lignes directrices. Ce phénomène menace en effet les terres agricoles fertiles et la biodiversité. Il accroît le risque d’inondation et la raréfaction des ressources en eau. Il contribue enfin au réchauffement climatique.

Ce risque s’avère d’autant plus important en Europe qu’il se développe : chaque année, 1.000 nouveaux kilomètres  carrés sont affectés aux activités humaines, soit 10 fois la superficie de Paris. Or, une partie importante finit par être imperméabilisée. A ce rythme, l’artificialisationaura grignoté, dans 100 ans, l’équivalent de la superficie du Portugal.

Plusieurs solutions existent pour enrayer cette évolution : limitation de l’étalement urbain, en réhabilitant les friches industrielles, utilisation de matériaux perméables à la place du ciment et de l’asphalte ou encore généralisation des systèmes de récupération d’eau naturelle.

Dans un communiqué, Bruxelles annonce qu’elle présentera ces bonnes pratiques lors de la conférence européenne sur l’imperméabilisation et la remise en état des sols qui se tiendra les 10 et 11 mai 2012. Elles sont destinées aux autorités nationales et locales, ainsi qu’aux professionnels de l’aménagement du territoire et de la gestion des sols.

Ces lignes directrices font suite à la feuille de route publiée le 20 septembre 2011 par la Commission européenne et à ses deux objectifs principaux : la prise en compte de toute incidence directe et indirecte de l’utilisation des terres dans les politiques et la stagnation de la superficie des terres occupées d’ici à 2050.

En réalité, l’Europe avance sur ce dossier avec difficultés. La directive-cadre proposée le 22 septembre 2006, n’a en effet jamais été adoptée, en raison du blocage de certains Etats comme la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne (voir JDLE).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus