L’Europe propose un écolabel... pour les chasses d’eau

Le 04 novembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La périllleuse harmonisation des toilettes européens.
La périllleuse harmonisation des toilettes européens.
DR

Un éco-label pour les toilettes des 28? Les critères permettant aux 509 millions d’Européens de s’offrir en connaissance de cause une cuvette (ou un urinoir) écologiquement soutenable seront officiellement dévoilés cette semaine par la Commission européenne. Car voilà presque trois ans que le nombre de litres d’eau dispensés par les vespasiennes du continent, mais aussi leur cycle de fabrication[1], occupent les services de l'Institut de prospective technologique du Centre commun de recherche de la Commission européenne. Un document de 60 pages, publié en mai 2013, résume leurs cogitations.

Réservoir idéal: 6 litres

Objectif principal: diminuer la consommation d’eau. En cascade, cela réduirait la pollution de l’eau et son eutrophisation, engendrerait des économies d’énergie et des émissions atmosphériques moindres (notamment dans les stations d’épuration et de production d’eau). La facture d’eau s’en trouverait également allégée, note le document. Question centrale, âprement discutée: combien de litres d’eau sont-ils nécessaires pour emporter, sans devoir y revenir, les déjections européennes? La réponse est: 6 litres pour des toilettes conventionnelles, 1 L pour un urinoir. Des volumes qui font consensus parmi les parties prenantes et sont mêmes déjà imposés dans certains Etats, comme en Grande-Bretagne ou dans quelques villes espagnoles.

Un drainage non harmonisé

La révolution au rayon wc des magasins de bricolage n’est toutefois pas pour demain, puisque 95% des cuvettes vendues actuellement proposent déjà des contenances de 6 L… Il s’agirait surtout de contenir la folie des grandeurs de certains producteurs de cuvettes qui, à l’inverse des pays nordiques et de leurs 4 L, pourraient être tentés par des réservoirs géants… Information cruciale: la réduction des volumes d’eau est limitée par les systèmes de drainage des eaux usées. Un dossier apparemment complexe, dont surnage une réalité: 6 L d’eau sont nécessaires, au risque d’obstruer les canalisations. L’enjeu est donc d’importance.

6.600 litres d'eau économisés par ménage

La suite des critères de cet écolabel, qui peut sembler quelque peu dérisoire, a tendance à se noyer dans un entrelacs de réglementations techniques et d’impératifs de durabilité. Au final, souligne la Commission, «l'installation de produits consommant moins d'eau chez les particuliers pourrait permettre à un ménage moyen d'économiser environ 6.600 litres d'eau par an pour la chasse d'eau des toilettes. Près de 390 millions d'euros pourraient être économisés par les ménages dans l'Union si 10 % des toilettes obtenaient le label écologique. Si 20 % des toilettes affichaient le label écologique, ce chiffre serait globalement multiplié par deux.»
 

 


[1] Via l’obtention du label GPP, pour Green Public Procurement, destiné à orienter la commande publique des Etats vers des biens dont l’empreinte environnementale est moindre que d’autres produits.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus