L'Europe investit dans la protection des semences

Le 22 juin 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
De l'argent européen pour les semences traditionnelles
De l'argent européen pour les semences traditionnelles

L’annonce a été faite lors de la conférence Rio+20 qui se tient actuellement au Brésil. La Commission européenne contribuera à hauteur de 5 millions d'euros au «Fonds de partage des avantages» du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture (TIRPGAA), aussi appelé «Traité sur les semences».

Ce Fonds de partage aide les agriculteurs des pays en développement à gérer la diversité de leurs cultures pour la sécurité alimentaire et l'adaptation au changement climatique.

Cette contribution, la plus importante faite au Fonds depuis sa création en 2008, selon la l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), permettra d'accroître la capacité des petits exploitants à gérer les cultures traditionnelles telles que la pomme de terre, le riz, le manioc, le blé et le sorgho. Une soixantaine de cultures et plantes fourragères sont considérées comme vitales pour la sécurité alimentaire par ce traité adopté en 2002.

«La diversité phytogénétique est un facteur-clé de l'agriculture durable. Nous nous devons de veiller à ce que les écosystèmes mondiaux -et dans le cas particulier de la FAO, des écosystèmes agricoles- soient sains et durables», a déclaré José Graziano da Silva, le directeur général de l’organisation.
 

Le Fonds de partage des avantages est administré par 127 pays et porte sur la sécurité alimentaire. Il soutient des projets dans 21 pays en encourageant la planification innovante et les solutions concrètes pour l'utilisation de la biodiversité agricole dans des zones touchées par le changement climatique, la pauvreté rurale ou l'insécurité alimentaire.

«Nous avons besoin d'un engagement politique et financier total en faveur de l'agriculture durable si nous voulons garantir la sécurité alimentaire dans le monde tout en assurant la conservation de nos ressources naturelles comme la biodiversité», a déclaré Dacian Ciolos, le commissaire européen à l'agriculture.
 

La contribution de la Commission européenne devrait permettre de déployer une série d’actions comme l'évaluation, la sélection et la gestion à la ferme des variétés de semences locales et introduites; la conservation des variétés locales et menacées dans les banques de gènes nationales ou internationales, ou la création de banques de gènes locales et communautaires; la documentation et le partage des savoirs locaux et autochtones; le transfert de technologies pour la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques en faveur des agriculteurs des pays en développement; l'établissement de liens entre les agriculteurs et les communautés du reste du monde pour promouvoir le partage du matériel génétique.


«Les agriculteurs, en tant que gardiens de la diversité génétique, ont beaucoup à apporter, à la fois à leurs propres communautés et au monde en général, grâce à leurs efforts de conservation et d'amélioration de leurs cultures par la reproduction et la sélection, puis en les mettant à la disposition de la planète» a indiqué Lars Peder Brekk, ministre norvégien de l'agriculture et président du groupe spécial de haut niveau du traité.

Le TIRPGAA reconnaît les droits des agriculteurs et notamment celui de participer de manière équitable au partage des bénéfices et à la prise de décision, au niveau national, concernant les ressources phytogénétiques.

«La participation à ce processus des petits agriculteurs et autres acteurs concernés, des organisations de la société civile au secteur privé, est non seulement la bienvenue mais également nécessaire», a complété José Graziano da Silva.

Le traité affirme le droit de conserver, utiliser, échanger et vendre des semences de ferme et d’autres matériels de multiplication, et de participer à la prise de décisions concernant l’utilisation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture ainsi qu’au partage juste et équitable des avantages en découlant; un élément fondamental de la concrétisation ainsi que de la promotion des droits des agriculteurs aux niveaux national et international.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus