L’Europe investit 10 milliards sur les technologies bas carbone

Le 26 février 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Qui n'a pas sa centrale solaire ?
Qui n'a pas sa centrale solaire ?
VLDT

 

Un fonds d’innovation sera financé par la vente de quotas d’émissions de gaz à effet de serre.

 

Le chiffre impressionne. A en croire un communiqué de presse diffusé ce mardi 26 février, la Commission européenne va investir «plus de 10 milliards d'euros dans des technologies à faible intensité de carbone dans plusieurs secteurs afin de stimuler leur compétitivité à l'échelle mondiale». Du lourd.

De quoi s’agit-il? Comme elle s’y est engagée lors de l’adoption du paquet Energie Climat 2030, l’Europe compte soutenir les technologies bas carbone, notamment via son Fonds pour l’innovation. Dès 2020, cet instrument lancera des appels à propositions sur des technologies de construction de bâtiments sobres, de systèmes de transports publics efficaces ou de production d’énergie décarbonée, et soutiendra financièrement les lauréats.

450 millions de quotas

Les 10 Md€ du Fonds proviendront du reliquat du programme NER 300 (487 M€), mais surtout de la vente, entre 2020 et 2030, de 450 millions de quotas ETS, attribués au Fonds pour l’innovation lors de la réforme de l’ETS.

Partant du constat que le prix spot actuel dudit quota est d’environ 20 €, la Commission espère lever ainsi plus de 9 Md€. Ce n’est pas forcément gagné.

Feu vert à l’éolien flottant français. Par une décision publiée le 25 février, la Commission approuve le financement des 4 projets de fermes éoliennes flottantes ‘Groix Belle Ile’ (en Atlantique), ‘Golfe du Lion’, ‘Eolmed’ et ‘Provence Grand Large’, en Méditerranée.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus