L’Europe ferme ses portes à des textiles toxiques

Le 22 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les grands pays textiles comme la Chine sont concernés
Les grands pays textiles comme la Chine sont concernés

Les Etats membres de l’Union européenne ont décidé, le 21 juillet à l’unanimité, d’étendre l’interdiction des éthoxylates de nonylphénol (NPE) à tous les produits textiles importés.
 

Ils ont justifié leur décision par «le risque inacceptable pour l’environnement que posent ces substances», rapporte le site Ends Europe.

Si les NPE sont interdits depuis 10 ans dans les usines textiles européennes, ils restent présents dans les cours d’eau à l’état de nonylphénol (un perturbateur endocrinien classé comme substance dangereuse prioritaire dans l’UE) ainsi que dans les décharges à cause des produits importés.

 

Les révélations de Greenpeace

En novembre 2012, une étude de Greenpeace a constaté que 63% des vêtements analysés de marques répandues (Zara, Levi’s, Gap, H&M, Benetton) contenaient des NPE à des taux compris entre 1 partie par million (ppm) et 45.000 ppm.

Un an plus tôt, l’ONG avait révélé, dans son rapport Dirty Laundry, la pollution des cours d’eau dans les grands pays textiles que sont l’Inde, l’Indonésie, la Chine et le Vietnam.

Greenpeace, qui a salué cette décision européenne, a précisé qu’elle devait être confirmée par la Commission européenne dans les semaines à venir et qu’elle devrait s’appliquer dans l’UE d’ici 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus