L’Europe doit encore améliorer la qualité de son air

Le 15 novembre 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans un rapport sur l'évolution de la pollution de l'air entre 1990 et 2004, paru mardi 13 novembre, l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) rappelle que les particules fines et les précurseurs d'ozone (dont les oxydes d'azote et les composés organiques volatils) sont devenus les principales menaces pour la santé des Européens. L'AEE indique également qu'un très grand nombre d'Etats membres devront mettre en place de nouvelles mesures de réduction pour respecter les normes de qualité de l'air et ne pas outrepasser les plafonds d'émissions instaurés par une directive (1) sur le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d'azote (NOx), les composés organiques volatils (Cov) et l'ammoniac (NH3).

Certains secteurs doivent encore amplifier leurs efforts pour restreindre les effets des polluants sur la santé et les écosystèmes fragiles. Il s'agit des transports routiers (NOx et particules), du secteur de l'énergie (particules), de l'agriculture (ammoniac) et du transport maritime (NOx et SO2).







(1) Directive 2001/81/CE du Parlement européen et du Conseil, du 23 octobre 2001, fixant les plafonds d'émission nationaux pour certains polluants atmosphériques




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus