L’Europe butte sur la neutralité carbone

Le 21 juin 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Donald Tusk ne peut que constater le dissensus européen.
Donald Tusk ne peut que constater le dissensus européen.
CE

 

Pologne, République Tchèque et Hongrie ont torpillé, le 20 juin, le projet de rehaussement des ambitions climatiques communautaires, notamment porté par la France.

Les 28 sont conscients de l’urgence climatique, mais n’ont pas l’intention d’accroître leurs efforts en la matière. Ainsi pourrait être résumées les discussions que les 28 chefs d’Etats et de gouvernement ont eu sur le réchauffement lors de la première journée du Conseil européen, qui s’achève ce 21 juin.

L’espoir était pourtant grand, ces derniers jours, de voir adopter l’objectif de la neutralité carbone pour l’Union européenne en 2050, projet porté par une coalition d’une vingtaine de pays, dont la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

compétitivité et aideS

Las, c’était sans compter sur les pays charbonniers qui ont torpillé l’initiative. La Hongrie et la République Tchèque, au nom de la perte de compétitivité économique qu’une décarbonation accélérée pourrait provoquer par rapport à des pays ne produisant aucun effort. Pays hôte de la COP 24, la Pologne a fustigé l’incapacité des autres membres de l’Union européenne à proposer des compensations financières en échange d’un arrêt du charbon. «Nous avons vraiment défendu nos intérêts», a confirmé le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

Rendez-vous à New York?

«Une large majorité des Etats membres était favorable à la neutralité carbone en 2050. Mais il n’était pas possible, aujourd’hui, d’atteindre l’unanimité. Nous avons de bonnes raisons de croire que cela pourrait évoluer puisqu’aucun pays n’exclue la possibilité d’une décision positive dans les prochains mois», a commenté le président Donald Tusk.

Le président du Conseil européen veut encore croire que les 28 annonceront une hausse de leurs ambitions lors du sommet climatique onusien du 23 septembre prochain.

Pour le moment, l’Union européenne prévoit d’abattre de 40%, au moins, ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus